COMPRENDRE CE QUI EST COMPLEXE. Dans la confusion habite la possibilité de libération.

A QUOI SERT L’EXPANSION DE LA CONSCIENCE ? OÙ DOIS-JE FOCALISER MA CONSCIENCE ?

Une question absurde qui peut réveiller les plus endormis, une réponse fulminante qui peut troubler les plus intelligents.

Ces questions n’ont pas beaucoup de sens, donc n’importe quelle réponse n’en aura pas non plus, mais il peut être très utile d’essayer d’y répondre ; cela peut même être un acte transformateur de s’ouvrir à cette recherche d’une réponse. Beaucoup de gens osent poser de telles questions, mais peu d’entre eux veulent entendre une réponse adressée à l’auteur de la question, car ils courent le risque de devenir confus.

Quand je me pose ces questions, je me retrouve dans un labyrinthe sans issue, parce que la recherche de l’utilité ou du sens nous amène à une partie contrôlante et calculatrice qui veut savoir et comprendre, mais qui bloque l’exploration authentique. Même si aucune réponse n’est trouvée, l’enquête elle-même peut apporter la lumière et même éveiller la conscience. Les questions posées à cœur ouvert ont toujours provoqué de grandes découvertes à ceux en qui elles ont confiance ; même les questions sans réponse peuvent vous guider directement vers la vérité.

COMPRENDRE LA NATURE DE LA CONSCIENCE :

La première chose à comprendre est que l’expansion et la conscience sont identiques. Ou en deux mots : ce sont les deux faces d’une même médaille. L’expansion est la face extérieure de la conscience, et la conscience est la face intérieure de l’expansion. L’expansion se déroule dans l’infinité du non-espace et la conscience dans l’éternité du non-temps. Les deux sont immatériels et non linéaires et n’appartiennent donc pas à l’espace ou au temps, mais ils sont le produit de la naissance de l’espace-temps, c’est-à-dire qu’ils sont au-delà de ceux qui les ont créés.

L’expansion est dédiée au voyage de l’un et vers l’unité, tandis que la conscience revient et reste en attente dans la dualité. L’expansion explore l’infini de l’extérieur et la conscience explore l’éternité de l’intérieur, ensemble ils constituent le romantisme de l’existence. Ils se séparent pour se retrouver dans l’extase de l’orgasme de la réconciliation. Pour que cette réunion de guérison ait lieu, la conscience doit s’éveiller pour se reconnecter à son visage expansif.L’être humain endormi ne peut pas s’étendre, mais ceux qui s’éveillent ont la possibilité de le faire, et ainsi se reconnecter avec la nature de l’univers : voyager et agrandir.

Quand la conscience ne s’étend pas, elle cesse d’exister. Une conscience dormante est une conscience qui a cessé de voyager. Mais si la conscience s’élargit, elle crée elle-même de la lumière, de l’ampleur, de la compréhension et de l’amour inconditionnel partout, car elle peut tout contenir. Elle est essentiellement inclusive, bien qu’en voyageant, elle produise de la distance entre tout ce qui existe. Elle chasse, mais n’exclut pas. Elle nous sépare et nous laisse seuls et abandonnés, enfermés dans la prison de la finitude et de l’incompréhension, de sorte que dans la recherche du retour nous devons nous réveiller.

Les gens qui ont commencé un voyage expansif de leur conscience, ont dû faire l’expérience avant d’un profond sentiment d’abandon existentiel, parce que c’est l’effet précédent que vous ressentez avant qu’une grande compréhension émerge et s’éveille en conséquence. C’est l’angoisse existentielle qui précède la mort. En ce moment, je suis à Jérusalem, la ville où un grand maître a été crucifié. Cela m’a relié au fait que Jésus s’est senti abandonné juste avant de mourir, et il a dit : Pourquoi m’as-tu abandonné ? La divinité devait s’abandonner elle-même, et il semble que c’est là la loi de la compréhension : abandon antérieur avant la renaissance ; je devais aussi m’abandonner moi-même pour comprendre l’état existentiel authentique dans lequel je me trouvais.

Il m’a fallu 7 ans pour écrire cette série d’articles, et je ne veux révéler qu’un secret personnel que j’ai découvert dans ce processus : il est possible d’évoluer ou de se développer selon l’attitude que nous adoptons avec la conscience que nous avons. Parce que c’est dans la conscience où toute évolution interne possible peut être logée et soutenue. L’éveil de la conscience est une possibilité, pas une obligation, et à mon avis, l’éveil dépend de la compréhension de certaines situations clés et essentielles d’une vie régie par l’inconscient.

Avec ce jeu de recherche de réponses, nous pouvons découvrir les clés pour comprendre les circonstances qui nous limitent et nous font souffrir.

L’expansion va très vite dans le voyage vers l’infini, mais la conscience est l’empreinte stellaire qui laisse cette expansion, comme si elle laissait la trace d’où elle vient et où elle va nous donner l’indice vers la réunion, dispersant des grains infinis de sable de conscience pour que dans la réalité matérielle et double le potentiel expansif de l’esprit qui nous habite puisse être éveillé.Quand nous nous réveillons, nous pouvons contempler le merveilleux paysage stellaire du chemin de la conscience. Et si ce n’est pas le cas, regardez une nuit étoilée, là devant vos yeux vous pouvez la voir.

 

PAS DE RÉPONSES ET PAS DE BON SENS. Y A T’IL UN PROBLÈME ?

L’expansion est la manière d’être et d’exister de la conscience ; par conséquent, les questions Quelle est l’utilité de l’expansion de la conscience ? ou Où devrais-je concentrer ma conscience ? manquent de réponses et donc de sens. La seule réponse que je peux donner est à ceux qui les formulent, en comprenant la recherche d’utilité qui sous-tend ces questions et qui se projette sur tout ce que l’on veut expérimenter. En ce sens, la vie des gens est contrôlée par la spéculation, les calculs et le contrôle ; ils veulent couler, mais ils ne veulent pas lâcher prise, ils veulent être libres mais sans abandonner ce qu’ils croient être. Pour presque tout le monde, tout doit être « pour » quelque chose, tout doit avoir une « fin », tout doit être concentré sur un « objectif » ; le « pour quoi » ne peut jamais être absent. Ce besoin humain de trouver de l’utilité ou de profiter de tout est une limite énorme qui semble évidente dans ces questions, mais c’est aussi le tremplin qui peut nous mener au-delà de cette limite.

L’expansion est « le grand phénomène universel ». L’espace s’élargit à grande vitesse, donc, tout ce qui existe voyage vers cette expansion sans limite, sans savoir pourquoi on voyage ni où on va. Si nous avions la possibilité de demander à un astéroïde ou à une galaxie Où allez-vous ? ils nous répondraient : je ne sais pas ! c’est pourquoi je me pose des questions plus complexes : Où sont les limites du cosmos ? pourquoi voyageons-nous vers une destination que nous ne connaissons pas ? quel sens cela peut-il avoir de faire un voyage où nous savons que le chemin ne se termine pas et qu’il n’existe ni origine ni fin ?

Beaucoup d’enseignants ont dit : « LA VOIE EST LE BUT ». Essayer d’éliminer tout objectif futur de votre esprit et se concentrer sur l’ici et maintenant sans penser à demain ou à l’objectif ; parce que chaque enseignant qui a déjà compris l’extraordinaire confusion qui surgit en pointant vers l’avenir, préfère nous inciter à l’ici et maintenant, à mettre notre attention sur le regard de chaque pas que nous faisons ; ceux de nous qui essayons et parfois l’obtenir, nous savons que cela apporte paix et soulagement, il nous centre et nous relie. Mais il y a une autre possibilité, encore plus complexe.

LE COURAGE DE S’OUVRIR À L’AVENIR ET À L’EXPANSION

D’une certaine façon, avoir les yeux tournés vers un avenir qui n’est pas encore arrivé est une conséquence du fait que nous savons qu’il y a une route devant nous et que beaucoup de choses peuvent arriver sur cette route ; ce que nous trouvons difficile à comprendre est que la route n’est pas réelle, car elle ne vient de nulle part et ne va nulle part, en réalité il n’y a aucune route. Nous pouvons regarder en avant et en arrière pour voir qu’il n’y a ni avant ni après, il n’y a ni début ni fin. Mais pour notre esprit, il est si compliqué de comprendre cela que nous avons besoin de créer une figure linéaire avec des stations qui représentent le passage dans la vie. De là surgit pour beaucoup la question : à quel moment de mon processus suis-je ? alors qu’en réalité, il n’y a pas de chemin ou de stations à parcourir. Nous avons besoin de nous situer d’une manière ou d’une autre dans un chemin éternel avec quelques signes d’orientation ; nous avons besoin de nous relier à l’environnement immédiat dans un espace infini pour avoir une place à laquelle nous accrocher.

Être sur une planète et à l’intérieur d’un corps vivant est la figure représentative de notre faux passage dans la vie. C’est la façon dont nous devons nous placer dans le plan matériel. Le lieu où nous vivons est si petit, une planète si lointaine et presque invisible dans la magnificence du cosmos, que vouloir se projeter vers l’au-delà suppose un effort énorme ; quitter le corps, l’esprit ou la planète, c’est partir vers un avenir indéfini, comme si nous partions vers une aventure qui nous surprendra, nous dépassera et nous submergera à tout moment, car même ce que nous voyons comme réel est relatif.

La plus grande ressource humaine est inconnue et est liée à sa capacité à surmonter. En réalité, tout ce qui existe dans l’univers a un code expansif crypté, un ordre qui dit : « ALLER PLUS LOIN, GRANDIR, EXPLORER, ÉLARGIR, VOYAGER, ARRIVER… »un ordre compassionnel pour pénétrer dans l’avenir pas encore défini. Nous, les humains, avons décodé cet ordre, mais à partir d’un noyau mental qui a produit la névrose, avant tout comme un besoin de progrès matériel, nous avons tout gardé sous contrôle ; mais nous y avons aussi obéi en nous orientant vers l’exploration et l’investigation de tout ce qui vous entoure, c’est pourquoi nous avons créé tant de sciences et disciplines d’étude ; nous nous sommes lancés dans l’espace extérieur et submergés dans la profondeur des océans ; nous avons créé les instruments d’observation du grand et du petit, mais pas encore donné l’importance à notre conscience, qui nous a perdu ou nous a été perdu La science de l’intérieur est une matière que nous, les humains, n’avons pas encore approuvée.

À un moment donné, une peur de la liberté est apparue qui nous a rendus esclaves dans les limites du confort et de la commodité, qui nous a fait rester dans les limites de l’esclavage. S’étendre au-delà de ce que nous pouvons apparemment atteindre, c’est la liberté, mais c’est de la folie pour notre esprit aisé et bien établi. D’où la nécessité de trouver une certaine utilité dans l’expansion de la conscience, car si elle n’a aucune utilité, ou si ce qu’elle nous offre va à l’encontre de ce qui est connu, elle ne nous intéressera pas. L’inconscient est toujours prêt à activer le dispositif de sécurité.

Du point de vue de l’esprit conditionné, il n’y a aucun avantage à étendre la conscience, il y a même un grand mal dans le sens de la perte de contrôle qui peut être produite, car il n’y a aucun esprit qui ne se rebelle pas contre la magnificence de la conscience. Quand il se dilate, l’esprit se plie. L’esprit humain n’a qu’un minuscule germe de conscience divine, mais il est endormi, dans un état de potentialité. Tant qu’il ne s’éveille pas, l’inconscient est assuré de son règne.

Tant « l’inconscient » -le contenu- que « l’inconscient » -le système qui gère les contenus en les transformant en ordres impératifs- sont nés de l’engourdissement de la conscience. Avec tant de matériel refoulé ajouté à tant de conditionnement imposé depuis l’enfance, la conscience s’est endormie, et par conséquent l’inconscient s’est étendu vers l’intérieur, exerçant un grand pouvoir sur la vie humaine depuis l’ombre, et ne veut pas la perdre. Le mental est guidé par l’inconscient insatisfait et défaillant qui peut perdre le contrôle lorsqu’il entre en contact avec la conscience divine, c’est-à-dire la partie risquée (pour l’illusion et l’engourdissement) mais c’est aussi la porte vers la guérison ou la libération.

Il y a un libre arbitre dans l’être humain qui lui permet de choisir d’accompagner le rythme de la conscience ou de s’enfermer sous la domination de l’inconscient. L’expansion ne se produit pas dans la réalité humaine à cause du mode de vie même que nous avons adopté. Ce modèle, ce style et ce projet de vie que nous avons choisis, d’une part, nous confondent et nous font souffrir, parce que nous ne comprenons pas ce qui s’est passé pour devenir si insatisfaits, mais d’autre part nous activons un grand besoin de découvrir ce qui est au-delà de la frontière que nous nous sommes imposée. Le conflit est servi dans une assiette pour être consommé par les humains.

La conscience s’écoule dans l’expansion de l’espace. L’esprit qui y habite est éternel. Avant un temps éternel, un espace infini est nécessaire. Il est impossible pour un être humain de comprendre l’infini et l’éternité, mais s’il parvient à avoir un petit aperçu d’une telle grandeur, il peut comprendre ce qu’est la vie et les opportunités qu’elle lui offre. C’est pourquoi j’affirme que la compréhension ne peut s’adresser à rien ni à personne, parce qu’elle est guidée par la conscience qui est objective, c’est-à-dire qu’elle n’a ni objet ni objectif.

Voyager vers l’éternité et l’infini n’exige ni direction ni sens. Il n’y a donc pas d’utilité, pas de raison d’être, pas de sens ou de quoi que ce soit dont nous puissions profiter dans cette expérience extraordinaire de la vie, plutôt que d’ouvrir notre cœur au mystère.

 

Alberto José Varela

nosoy@albertojosevarela.com

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page