CRÉER DES LIENS AFFECTIFS DE GUÉRISON. La connexion humaine à partir de l’Être a un grand pouvoir de transformation.

L’ARRIVÉE DE TANT DE COMPRÉHENSIONS GRÂCE AUX AUTRES.

Le dialogue du cœur peut élever la vie de toute personne.

Nous sommes aujourd’hui lundi 21 octobre, il est 5 heures du matin en Espagne, je réponds à des gens du monde entier depuis plus de 8 heures, c’est excitant l’interconnectivité spirituelle des dialogues qui se croisent en même temps ; j’étais en train de dialoguer en ligne avec plus de 10 personnes en même temps entre whatsapp et Messenger, j’ai soudain réalisé que je suis connecté en même temps avec plusieurs personnes et de lieux lointains : Mar d’Australie, Leila d’Argentine, Paola d’Uruguay, Carolina du Chili, Laura de Marbella-Espagne, Ilana d’Israël, Mariana d’Argentine, Claudia de Suède, Miquela d’Italie, Elyah de Madrid-Espagne, Nico des Etats-Unis, Fernando de Turquie, Jesus de Ceuta-Espagne ; entre autres ; et je peux affirmer que tous représentent seulement une partie du vaste réseau des liens affectifs que je possède avec des lecteurs et collaborateurs de grandes parties du monde.

Je veux te dire quelque chose qui peut changer des aspects centraux de ta vie.

Entre 19h le dimanche 20 et jusqu’à 3h du matin le lundi 21, je n’ai cessé de lire ce qu’ils m’écrivaient et de répondre.   Lecteurs, collaborateurs, étudiants…. mais tous profondément ressentis dans mon cœur comme amis, sœurs ou compagnons sur le chemin de l’évolution intérieure que nous parcourons.

Tout a commencé quand aujourd’hui je me suis retrouvée seule avec ma fille Anahí, âgée de 16 ans, 2 à 3 heures que je n’oublierai jamais de ma vie, elle m’a posé une question très personnelle, secrète et posée d’une manière profonde. Nous entrions dans un restaurant quand elle a posé la question, je n’ai rien répondu, je voulais m’asseoir, respirer, commander à manger et boire une gorgée de bière, je savais que c’était une occasion en or, puis je l’ai regardée dans les yeux et j’ai réalisé que le moment était venu de créer un lien beaucoup plus profond avec ma fille, avec qui je n’ai vécu que deux ans et quelques, car je me suis séparé de sa mère et nous avons eu très peu de contacts depuis tant d’années. Mais tout était latent, ouvert, volontaire et prêt à émerger.   Je me suis demandé à l’intérieur : Pourquoi ne suis-je pas lié à certains de mes enfants de la même façon qu’à tant de gens ?  Et aujourd’hui, j’ai réalisé que c’est quelque chose qui ne peut pas être forcé, en particulier avec la famille de sang, c’est comme un miracle quand nous avons un lien d’amour, d’authenticité et de transparence avec les membres de la même famille, mais vous pouvez le créer, vous avez juste à être attentif à ce moment magique pour ouvrir votre cœur à communiquer, puis il devient possible. Parfois cela se produit petit à petit et parfois c’est soudain parce que quelque chose émerge qui permet à l’amour de se manifester dans un dialogue.  Tout dialogue d’amour se termine infailliblement dans un lien profond par lequel passeront beaucoup de choses précieuses.

Les personnes avec qui j’ai partagé ces heures de guérison m’ont raconté beaucoup de choses sur leurs vies, quelqu’un m’a dit « Ma sœur voulait se suicider », un autre a commenté « Je suis heureuse pour ce que je fais maintenant », un autre a avoué : « Je suis très attirée par un homme marié avec un fils, mais je me sens coupable de vivre avec lui » un autre m’a demandé comment guérir une boulimie.  D’autres ont commenté : « C’est le plus beau moment de ma vie », « Je veux faire ce chemin d’évolution dans ma vie avec toi », « J’aimerais te voir et parler plusieurs jours avec toi », « Maintenant je comprends beaucoup de choses. Je vous comprends. Et c’est en soi une compréhension qui exploite tout ». TU ES LE MEILLEUR DE MOI. « Je n’imaginais rien de plus précieux pour ma vie que ce qui m’arrive. J’ai l’impression d’être à tes côtés et tu es à mes côtés… et c’est magique » « J’ai besoin de continuer à partager ces choses avec toi… Comment te prendre dans mes bras pour que tu ressentes mon amour ? 

Beaucoup m’ont dit qu’ils sentent ma présence avec eux, ou qu’ils se rendent compte de la puissance des liens que nous créons, parce que c’est comme si nous étions toujours ensemble même si nous sommes très loin géographiquement.  Avant tant de mots et d’expériences qui me sont venus, je ne pouvais qu’écouter, intégrer et soutenir ; exprimer ce que je ressens avec chacun et avant tout ce qui me vient à l’esprit. Je suis devenu incapable de donner des conseils, je ne peux que me montrer tel que je suis avec ce qui vient à moi à chaque instant. Il n’est pas nécessaire de dire à qui que ce soit ce qu’il faut faire, surtout si nous l’aimons et si nous voulons qu’il comprenne par lui-même.

J’ai écrit à certains d’entre eux parce qu’ils me manquent, l’un d’entre eux est Fernando, professeur de psychologie qui collabore en tant que facilitateur et mentor de l’École Consciente, nous avons parlé du film Joker et des psychopathes, il m’a envoyé un beau texte de Miguel Torres : « Les défis sont grands : il s’agit de construire un monde meilleur et plus juste, où personne ne doit se traîner dans la boue pour ne pas avoir d’opportunité. Il s’agit de tendre la main avec compassion à ceux qui souffrent et d’encourager leur vie. Comme le monde serait différent si nous regardions chaque être humain avec compassion » et finalement il m’a écrit quelque chose de personnel : « Cette force intérieure naît de la rencontre avec un ange (un ami, un tuteur, un professeur) qui vous soutiendra dans votre chute et vous rappellera votre beauté et votre dignité. C’est ce qui arrive à beaucoup d’entre nous dans cette organisation Inner Mastery à partir de ta présence ». 

Et pour finir ma journée, Jésus m’a contacté, un autre ami qui me manque, il m’a envoyé un livre de 200 aphorismes, c’est un professeur de grec et un grand chercheur spirituel, Jésus a lu mon livre et a pris la peine de faire une sélection de textes à partager avec de nombreuses personnes. Quand j’ai rencontré Alberto José Varela et que j’ai commencé à connaître sa vie et son œuvre, j’ai tout de suite senti que j’étais devant une personne extraordinaire, un de ces êtres qui ont goûté le vin de la Vérité et qui ont été enivrés par la douceur de son essence. Cette intuition a fait place à la certitude lors d’un dîner tranquille auquel il a eu la courtoisie de m’inviter sur le sol italien une nuit d’éclipse de lune à l’été 2019. Au cours de la conversation, il m’a été révélé qu’Alberto José incarnait comme personne entre autre l’archétype du Joseph biblique, jeté par ses frères au fond d’un puits, vendu comme esclave à des marchands, puis injustement emprisonné en Egypte. Ce n’est qu’après un long processus d’épreuves que le prophète Joseph a pu découvrir la vérité de ce qu’il avait vu dans ses rêves et ainsi intégrer dans un plan supérieur de compréhension toutes les vicissitudes subies dans sa vie dangereuse. Comme le Joseph de la Bible, pour notre Joseph, c’est aussi l’expérience de sa prison injuste, « d’être dans un puits sombre et infini » qui l’a forcé à se relier à sa propre profondeur et c’est là, au plus profond de son cœur, qu’il a découvert que la Vie avait tout arrangé à la perfection, qu’il n’y avait aucune place pour l’erreur, que la Vie, nom qu’il préfère à Dieu, l’avait mis en prison pour qu’il puisse atteindre la liberté. Il était pleinement conscient que lorsque l’on résiste à recevoir et à accepter la dose de Grâce qui l’a touché, la Vie doit agir. Il savait alors clairement que le temps était venu d’accepter cette dose et que l’acceptation ne signifiait pas seulement se conformer ou se résigner, mais que c’était dire « oui » avec gratitude et du cœur à tout ce qui lui arrivait, quel qu’il fût. C’est cette acceptation reconnaissante et confiante qui lui a permis de goûter la Liberté en majuscules, cette Liberté qui est la réalité essentielle de chaque être et la compréhension absolue de ce qui nous arrive. Pour comprendre la Vérité, il fallait s’y plonger. Et cette compression est une illumination. Le fruit de cette expérience inoubliable fut un premier livre qu’il publia sous le titre « Desde la cárcel, desde mi Libertad » et dans lequel j’ai sélectionné les deux cents aphorismes qui m’ont fait vibrer d’une manière particulière. J’en ai laissé beaucoup d’autres dans l’encrier. J’invite tous ceux qui les lisent à méditer sur eux car ils viennent directement de l’océan de la Réalité et je les encourage à acheter le livre afin de plonger plus profondément dans le message libérateur de José Alberto Varela dont je me sens très honoré et profondément reconnaissant de l’amitié et de l’enseignement qu’il m’a transmis.

« MERCI », LE MOT QUI RÉVÈLE UNE EXPÉRIENCE :

A chaque personne que j’ai contactée aujourd’hui, j’ai parlé de moi, de ma vie, de ce qui m’arrive aussi, de ce que je vois et ressens. C’est pourquoi je le considère comme un mot guérisseur pour tous et c’est pourquoi le mot qui a tout le protagonisme dans tous ces dialogues est « MERCI ».  Ce mot, quand il vient du cœur, parle de lui-même du phénomène de l’amour.

A 4h32 du matin, j’ai reçu le dernier message d’une femme qui représente exactement ma vie et le résumé de cette situation : « Je ne veux plus m’échapper. Cette partie de moi est en train de mourir… la partie qui s’est enfuie… Je n’en ai plus besoin, je n’en veux plus ».  

Pourquoi ne pas partager notre vie avec d’autres ? qu’est-ce qui peut nous empêcher d’ouvrir notre cœur de la pureté ? pourquoi ne pas dire ce qui m’arrive ou ce qu’ils disent de moi ?  Il a été publié tant de diffamations qui ont été écrites à mon sujet, alors pourquoi ne pas partager ce qui me touche ? J’ai activé tant de rejet et de jugement de tant de personnes, et je l’ai accepté avec mon cœur ouvert à la compréhension, donc, je reçois avec la même ouverture tout ce qui peut inspirer spirituellement les autres. Soit nous acceptons tout, soit nous devons vivre dans le rejet.

Tout cela n’est qu’une partie de mon quotidien, c’est un petit échantillon de ma vie, et pouvoir m’ouvrir pour vous le montrer avec authenticité me rend disponible pour que vous puissiez mieux me connaître, dans ce que je suis et dans ce que je ne suis pas, pour que la pureté puisse continuer à guider le processus de lien par les mots, regards et embrassades d’amour que nous allons continuer à partager pour la vie.

 Alberto José Varela

nosoy@albertojosevarela.com

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page