JE DÉMISSIONNE DE MON POSTE DE DIRECTEUR D’INNER MASTERY INTERNATIONALE ET JE ME RETIRE DES ENTREPRISES QUE J’AI FONDÉES, RELIÉES À L’USAGE DES SUBSTANCES ENTHÉOGENES, DE L’ÉCOLE D’AYAUHUASCA ET DE L’ENTREPRISE DE VOYAGES DANS LA JUNGLE AMAZONIENNE

À partir d »aujourd’hui, le 29 novembre 2018, je me consacrerai seulement à l’École Consciente ® et la Méthodologie de l’Évolution Intérieure ®.

 

LE POUVOIR DES MOTS, LA FORCE DE L’EXPÉRIENCE ET LE MYSTÈRE DE LA COMPRÉHENSION…

… ce sont les ressources principales dont je dispose pour continuer mon travail, mon oeuvre, ou ou plutôt mon épanouissement; mais le soutien que je possède est infini.

J’abandonne ce précieux passé durant lequel je me suis connecté aux chamans, taitas, avec les remèdes ancestraux, la jungle amazonienne, les voyages visionnaires et les expériences d’expansion de conscience. Je laisse derrière moi cette phase de plus de 15 ans, où j’ai cheminé avec tous les types de médecines naturelles et ancestrales. A travers ce parcours, je me suis coupé d’une part de moi dont je ne souhaite plus me départir, pour continuer à nourrir l’épanouissement du processus que je vis en ce moment. Dans un prochain article, je vous partagerai combien il m’a été difficile et compliqué d’abandonner cette place aussi palpitante, que celle de conduire une organisation si merveilleuse, novatrice et gratifiante.

J’ai travaillé avec l’Ayahuasca et d’autres substances chamaniques pendant de nombreuses années. J’ai arrêté de prendre les substances dans le cadre de mon propre processus d’évolution intérieur depuis déjà longtemps, mais maintenant je quitte toutes les activités liées aux entreprises que moi-même j’ai fondées et qui existent maintenant dans plus d’une vingtaine de pays. J’ai abandonné 100 % du bénéfice produit par les entreprises au profit de leur expansion, ainsi que des ressources humaines, de la technologie, et dans le développement de 12 maisons qui sont devenues le sièges des activités des entreprises en Amériques et en Europe, avec un système de communication qui atteint des millions de gens dans le monde entier. L’entreprise est auto-financée, solvable et avec un grand potentiel de développement à travers le monde. Mais le clou pour moi dans tout cela est d’avoir attiré à nous une équipe surprenante dans notre entreprise.

C’est exactement le moment juste pour me retirer et confier tout cela aux mains de ceux qui m’ont accompagné et ont été les co-créateurs de cette organisation internationale. Paula Carmona (Colombienne), Miquela Quaglia (Italienne), Laura Torrabadella (Espagnole), Paula Savelli (Uruguayenne) sont quelques unes des femmes qui ont été avec moi dans ce projet il ya entre 2 et 11ans. Toutes ces femmes qui dirigeront l’entreprise. Et il y en a d’autres qui viennent de nous rejoindre et possèdent déjà beaucoup de force et de sagesse pour inspirer, prendre des décisions, et accompagner l’énergie de ce multinational consacré au développement personnel avec l’utilisation de substances enthéogènes.

Beaucoup de personnes penseront que je me retire parce que l’entreprise tombe en morceaux, mais c’est précisément le contraire; c’est au moment où nous travaillons avec le plus grand nombre de collaborateurs et d’étudiants, c’est au moment où l’activité est la plus haute que je choisis de le faire. Le week-end dernier, j’a inauguré deux nouveaux Épicentres Holistiques :l’un à Milan en Italie et l’autre à Waterford en Irlande. Cette année nous nous sommes installés aux USA, en Irlande et au Costa Rica. C’est aussi le moment où le plus grand nombre d’étudiants veut rejoindre notre école Ayahuasquera, ainsi que celui où les plus grands projets internationaux et occasions pour l’expansion surgissent. Mais au delà de toutes ces réalités super positives du moment, je ne peux pas me laisser prendre au piège de vouloir continuer ce qui doit maintenant revenir à d’autres.

Peut-être pensera t-on que si je me retire c’est parce que je me suis déjà guéri, que j’ai résolu ma vie ou parce que je n’ai plus besoin de rien, mais il n’en est rien. Je dois me retirer parce que j’ai fini le prologue de ma guérison, j’en ai seulement posé les fondations. Il est important de savoir quand mettre un point au bon moment et tourner la page. Je dois finir d’écrire l’introduction et si je ne me retire pas maintenant à 58 ans, je n’aurai pas assez de temps pour tous les chapitres qui doivent être inscrits de ma propre écriture. Il me reste encore à faire la chose la plus importante. Et cette chose réside dans le fait que que je ne suis pas fatigué, ni vidé, ni même dans l’ennui, mais simplement à relever le défit de déléguer et avoir confiance.

Parmi les quasi 200 personnes qui travaillent à travers le groupe d’entreprises que j’ai fondé, un petit groupe de direction se chargera de la gestion des pays où nous sommes actifs. Le leader spirituel de l’organisation entière, à qui je confie l’héritage énergique est Erik Moreno, un Colombien qui est actuellement dans un monastère en Allemagne, finissant sa préparation pour assumer cette responsabilité. Aujourd’hui seulement j’ai été informé qu’il a achevé avec succès son séjour dans un des centres les plus importants du monde au niveau de l’enrichissement personnel. Je l’ai envoyé là pour effectuer une quarantaine préparatoire avant la prise de ce nouveau rôle le 18 décembre, pendant la dernière rencontre de convention de l’année. Cela doit être un Colombien parce c’est en Colombie que je suis d’abord entré en contact avec l’Ayahuasca et aussi quelqu’un avec les caractéristiques d’un leader. L’expérience et la maturité lui viendront d’ici peu, avec également le soutien accru d’autres hommes expérimentés qui l’accompagneront ainsi que des femmes qui mèneront l’organisation.

Le 19 décembre, quand la passation aura été faite, je vais publier une lettre d’adieux pour vous partager toutes les choses dont je ne vous ai jamais parlé à propos de la création de cette organisation non-religieuse, qui a distribué la plus grande part de l’Ayahuasca dans le monde entier et je communiquerai les renseignements sur la manière dont l’organisation avancera; en fait ce sera bien mieux que jusqu’à maintenant, parce que les nouveaux responsables imprimeront une nouvelle énergie beaucoup plus jeune et vitale. C’est fantastique de m’être entouré de personnes bien meilleures que moi à bien des égards.

Au début de l’année nous présenterons un film fait par Carlos Alejendre dans lequel vous sera partagé la manière dont se sont épanouis nos potentiels à nous tous dans ce processus.

UN AUTRE PROJET QUI SE RÉALISE :

il y a presque 2 ans, j’ai commencé un nouveau projet lié à l’École Consciente, et j’ai ainsi voyagé dans beaucoup de pays, avec la surprise et l’agréable satisfaction de rencontrer beaucoup de personnes intéressées par ce nouveau concept de travail conscient sansl’ utilisation d’aucune substance. Après avoir pris durant des années de l’Ayahuasca, j’ai compris que nous sommes tous capables d’expansion de conscience sans avoir à prendre quoi que ce soit, même si je reconnais qu’avoir pu connaître l’Ayahuasca est la meilleure chose qui me soit arrivée dans ma vie.

J’ai prévu plus de 30 retraites en 2019, dans lesquelles je ne vais plus du tout utiliser de substances chamaniques, mais juste une seule substance enthéogène : LE MOT CONSCIENT, avec lequel je vais transmettre les secrets et les clés de la méthode d’Évolution Intérieure ® que j’ai créé, et avec laquelle nous avons déjà travaillé à l’éveil de la conscience et à la transformation individuelle de plus de 50,000 personnes.

La nouvelle entreprise que j’ai fondée est Évolution Intérieure S.L.U., elle même reliée à l’École Consciente ®, et nous prévoyons de développer sa portée dans le monde entier, mais d’une façon différente, avec d’autres principes et de nouvelles offres à destination d’un public beaucoup plus large, qui veut aller plus profond dans le travail sur la conscience et la spiritualité, en se concentrant sur une approche essentiellement humaine.

Je veux remercier tous les taitas, les chamans, les collaborateurs, les étudiants et les membres de l’équipe de l’organisation pour avoir été avec moi dans ce processus créatif. Dans un sens, le pire a passé. J’ai dû assumer les conséquences de l’introduction d’une approche résolument novatrice et révolutionnaire jamais développée auparavant au niveau de la facilité d’accès dans tant de pays différents de l’usage de processus enthéogènes avec accompagnement médical et psychothérapique, permis par la forme économique entreprenariale. À cause de cela, beaucoup de critique, de diffamation, de rejet, de menaces et de jugement ont été formulé et je les ai accueilli en mon coeur pour les transformer dans tout ce que j’ai fait; je ne me suis accroché à rien du tout de mon passé, je l’ai utilisé pour créer et arriver maintenant au point où je suis capable de m’en détacher.

Je suis dans un avion qui se rend en Uruguay, et j’irai ensuite en Argentine pour donner 5 classes de l’Ecole Conscientes et je retourne 11e – le 16 décembre à Barcelone, d’où je finirai alors l’année de 20e – le 23 décembre à Marbella avec la première retraite Scolaire Consciente. Ici je commencerai l’exploit de transférer tout ce que j’ai appris, ai reçu et ai intégré dans moi dans les 3 dernières décennies pour qu’il puisse être utilisé par ceux qui se reconnaissent, estiment et donnent à cette possibilité de travail de soutenir et accompagner les processus de transformation.

À partir de maintenant, je publierai beaucoup plus d’articles dans ce blog, et je vais construire ma maison (car je n’en ai pas encore une) dans un terrain avec beaucoup d’arbres fruitiers, pour vivre avec ma famille et je soutiendrai beaucoup plus chacune des personnes qui viendront à moi et à ma méthode.

Il y a 9 mois, j’ai écrit une grande partie de cette lettre d’adieux et de retraite parce que j’en ai pris la décision en août 2017 et en ai planifié la communication publique ce jour-ci et à cette heure-ci : un 29/11/2018 à 11:11 heure du matin, qui correspond au jour, au mois, à l’année et à l’heure où le nombre 11 coïncide 5 fois : 11-11-11-11-11.

Au passage, je vous quitte avec une phrase de 11 mots que j’ai écrite juste au moment où je suis sorti de la prison après y être resté de 2008 à 2010 en raison de l’Ayahuasca : « À tout moment de la vie on peut recommencer à zéro ».

 

Alberto José Varela

nosoy@albertojosevarela.com

 

 

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page