LA DÉFIANCE DE SE PROPOSER DE CHANGER LA RÉALITÉ. Voulez-vous vous ouvrir au miracle? La vie, les circonstances, les personnes et ce que nous ressentons peuvent prendre une tournure surprenante à tout moment.

DERRIÈRE L’INCRÉDULITÉ À PROPOS DU CHANGEMENT SE CACHE LE NOYAU DE L’ESCLAVAGE PSYCHOLOGIQUE.

Rétablir la confiance est un coup de conscience au cœur des problèmes humains.

Il n’y a pas de problème ou de situation qui ne soit liée à la capacité de changer, donc si nous voulons aborder la solution à tout problème, ou le développement de toute capacité, nous devrions le faire du point de vue de la confiance que nous avons dans le fait que le changement est possible, et que même tout peut changer. Et d’un autre côté, il est important d’être conscient de la puissance de nos conditionnements et de l’énorme méfiance qui est commune à beaucoup et qui soutien le fantasme que rien ne peut changer.

Nous allons voir jusqu’où notre résistance au changement peut tenir quand la conscience met en lumière le réseau complexe qui est le support de la stagnation des processus d’évolution et de guérison. Le seul outil que j’ai dans cet acte pour effectuer cette opération est la parole.

Ces derniers jours, j’ai reçu des commentaires de certaines personnes au sujet d’autres où ils ont déclaré: «IL N’Y A RIEN FAIRE… » Avec ce ou cette personne … « IL N’Y A PAS DE SOLUTION », « IL NE CHANGERA JAMAIS » «IL Y A RIEN À FAIRE, ÇA VA PAS BIEN FINNIR». Ces déclarations sont arrivés avec force et elles ont activé une alerte dans ma conscience. Bien qu’elles ne m’ont pas émues ni pu entrer dans mon âme intérieure, mais elles m’ont brossé à l’intérieur parce que je n’ai pas ces pensés à propos des autres ou de moi-, mais je reconnais que j’ai ressenti un grand intérêt pour me plonger dans la possibilité de vivre même un moment ou quelques jours avec de telles pensées pour expérimenter de l’intérieur ce que l’on ressent. J’ai donc introduit cette pensée comme si elle était une application de téléphone que j’avais téléchargé pour voir comment elle fonctionne. En quelques jours, je commençais à me sentir très mal, découragé, instable, en colère, sans espoir et ne voulant rien faire, sans but et sans confiance en quelqu’un ou tout projet. Au bout de quelques jours, j’ai observé ce qui se passait en moi pour sortir de cette application; étant donné que j’avais utilisé cette pensée temporairement pour faire une émulation interne sur la façon dont on ressent et vit avec cette croyance, j’ai pu m’en débarrasser immédiatement une fois l’expérience terminée. La première chose que j’ai découvert c’est que lorsque vous pensez cela, vous attirez aussi des gens qui pensent ainsi et des situations qui vous confirment cela. La deuxième chose que j’ai observé est que l’essence de cette pensée, est la destruction, et qu’à la racine, il y a des niveaux élevés de jugement et de rejet qui sont transformés dans une désapprobation: « rien ne peut être changé, tout restera comme cela, tout ce que je peut donc faire c’est critiquer et détruire « . Ensuite, j’ai approfondi et j’ai vu que, au fond, que cette pensée produit un esclavage au déterminisme. S’il n’y a rien à faire pour changer alors tout est prédéfini selon un destin que nous ne connaissons pas et que nous ne pouvons pas changer. Nous ne pouvons donc que nous résigner et souffrir. Il s’agit d’une vraie crucifixion qui nous condamne inévitablement à vivre dans le contrôle.

LES DEUX CÔTÉS DE LA MÉFIANCE :

L’une des croyances les plus néfastes pour l’évolution d’un enfant, c’est de lui implanter une idée négative sur le changement. Cette idée contient deux aspects. Un des aspects concerne le fait que créer produit de la peur, l’idée que le changement est dangereux, que si vous changez vous allez être refusé que lorsque vous changez vous pouvez tout perdre, etc. Le changement est diabolisé afin que l’enfant n’ait pas l’idée de changer quoi que ce soit, ou qu’il ait suffisamment peur si jamais un jour cela le tentait de changer quelque chose. L’autre aspect de cette idée est encore plus mortelle, elle s’attache à produire des doutes, et consiste à répéter mille façons et moyens possibles pour établir le fait que « le changement est impossible »,« que les gens ne changent pas », « que personne ne peut changer » « qu’il n’y a pas de solution ». Pour soutenir ces deux aspects d’énergie, la méfiance est essentielle. L’incrédulité est la semence de la méfiance, qui commence envers les autres et envers la vie, mais finit toujours par revenir vers celui qui est méfiant, qui devient de plus en plus méfiant de lui-même.

Projeter l’impossibilité du changement à l’intérieur d’autrui, c’est annuler sa propre capacité à changer et faire confiance. Chaque fois que nous regardons quelqu’un et que nous pensons, « Celui-là ne changera jamais, » nous nous disons: « Je ne changerai jamais » « Je ne vais jamais faire confiance ».

La vérité est que, à tout moment de la vie tout peut changer. L’extérieur comme l’intérieur. En fait, l’évolution est une importante transformation intérieure, c’est l’adaptation intérieure aux changements extérieurs pour survivre; tout l’environnement est en constante évolution et nous devons donc constamment changer pour être conforme à ce que toutes les différentes situations exigent. Mais ces changements se produisent si naturellement que nous ne le réalisons même pas. En fait, en finissant d’écrire cet article, je ne serai pas la même personne que celle qui a commencé à l’écrire quelques heures plus tôt. Il faut 4 à 6 heures pour écrire un article de deux à trois pages, mais le processus d’écriture me confronte et me pousse à faire des changements en moi, parce que si je ne fais pas cela, je ne pourrais pas exprimer ce que je veux communiquer. La vie est en soi un processus de changement; nous vieillissons et une infinité de choses change dans notre corps, mais les idées qui ont été implantés dans notre esprit ne changent pas, comme si elles étaient intouchables, elles sont là installées avec la même limpidité originelle sans y avoir apporté aucune modification; seule l’idée implantée depuis notre enfance semble évoluer pour devenir plus forte et plus résistante dans la croyance que le changement n’est pas possible. Cette idée se développe donc en acquérant plus de cohérence et de force, ce qui explique pourquoi elle a de plus en plus d’arguments pour prouver cette croyance. Pour la soutenir, il devient alors fondamental de se méfier et de vivre en contrôle permanent. Dès que nous avons confiance et que nous permettons que tout puisse se dérouler, le changement commence à agir naturellement. En réalité, la méfiance est un contrôle pur et la confiance est lâcher priser du contrôle pour se laisser emporter.

L’idée que vous ne pouvez pas changer est si raffinée qu’elle peut parfois passer inaperçue, en étant dirigée de manière sélective vers l’extérieur sur certaines personnes qui semblent n’avoir aucune solution, comme s’il y avait des gens qui ont des problèmes et qui n’ont pas de solution, ou qui ont un tempérament ou un caractère ou une manière d’être qui ne peut pas changer. Celui qui émet cette phrase projette un désir secret sur l’autre parce qu’il le rejette. Si vous acceptez une autre personne, vous ne voudriez pas la changer en premier lieu; et deuxièmement, vous la soutiendriez et vous l’aideriez à faire les changements qu’elle souhaite faire. En fait, l’idée de l’impossibilité du changement d’une autre personne n’est pas une projection, mais bel et bien un rejet cette personne. Gardez à l’esprit que tous les traumatismes sont guidés par le rejet, ils résultent du rejet et se terminent par un rejet. Par conséquent, ce que nous rejetons ne peut et ne doit pas changer, car si cela change, nous risquons de devoir l’accepter. En nous méfiant de sa capacité à changer, nous punissons l’autre en le condamnant avec la phrase: « VOUS NE CHANGEREZ JAMAIS ». Le rejet est assuré.

Nous rejetons les noirs, les immigrés, les politiciens, les gros, les blancs, les malades, les ignorants, les pauvres, les faibles, ceux qui ont une autre sexualité que la « normale » , les hommes ou les femmes, et en particulier ceux qui sont différents de nous. Et avec n’importe quel type de rejet, nous montrons que la plaie du rejet est vivante en nous. La manière la plus cachée dont le rejet dirige la vie d’une personne est la méfiance, et celle-ci se transforme en une forme d’incrédulité envers toutes les sortes de changements possibles. Le rejet, l’incrédulité et la méfiance sont une société puissante au service de la maladie psychologique.

Nous sommes confrontés à l’un des problèmes les plus profonds concernant la guérison humaine. Et c’est la question la plus délicate et la plus complexe que nous abordons dans notre École Consciente.

« JE NE VEUX PAS CHANGER MAIS JE VEUX UN CHANGEMENT DE VIE » Ne pas vouloir changer quelque chose est l’une des maladies les plus répandues dans le monde, mais derrière cette idée malade se cache le désir ardent de tout changer parce que nous en avons marre de toujours vivre la même chose ou de continuer à souffrir pour les mêmes raisons. Ne pas vouloir changer c’est s’identifier avec l’idée que rien ne peut être changé. Vouloir que la vie change, c’est exprimer d’une certaine manière ce à quoi l’âme aspire pour pouvoir se manifester. Pris au piège de vouloir et de ne pas vouloir changer, nous entrons dans un blocus qui ne nous permet pas de bouger et qui active les sentiments de culpabilité et l’auto-punition.

« Je ne peux pas changer mais j’adorerais que tout change ». Affirmer que vous ne pouvez pas changer est l’une des projections les plus destructrices du conditionnement. Pour pouvoir assurer que le changement n’est pas possible, il faut créer un programme très sophistiqué installé dans l’esprit qui nie complètement la preuve que tout change. Ce programme provient de l’enfance, des parents et de la société, car si l’idée du changement était soutenue, des générations émergeraient qui changeraient tout.

A ce stade de la résistance au changement, il est nécessaire de réaliser deux transformations fondamentales afin de continuer le chemin du possible changement. L’une consiste à changer l’idée que vous ne pouvez pas changer, et l’autre consiste à changer l’idée de ne pas vouloir changer. Le changement des deux idées fondamentales qui empêchent l’évolution intérieure de l’être humain sont les deux changements les plus complexes à réaliser, car la croyance du « non changement » est profondément ancré dans l’esprit et protégé par toutes sortes de résistances.

Il est excitant de voir et de vérifier en soi et chez les autres que le changement est possible, que ce qui vous blesse ou vous fait souffrir peut être détruit par l’effet puissant d’une conscience qui s’ouvre à la compréhension. Lorsque le cœur s’ouvre, l’amour coule et tout commence à se transformer magiquement, c’est l’expérience la plus proche de ce que nous appelons un miracle. C’est être capable de vérifier que l’impossible n’était pas impossible mais que c’était juste une perception apparente créée par la méfiance, un moment d’inconscience, rien d’autre, parce que lorsque cette énergie curative de transformation apparaît, on peut voir que tout est authentiquement possible. C’est vivre dans le miracle.

À chacun des presque 200 collaborateurs d’Inner Mastery, aux étudiants de nos écoles et à tous les participants aux retraites, je vous invite à le vivre; c’est la gloire bénie, le paradis le plus précieux que nous puissions connaître dans cette vie.

Alberto José Varela

nosoy@albertojosevarela.com

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page