LE GRAND SAUT EST DÉJÀ EN TRAIN DE SE PRODUIRE POUR BEAUCOUP DE GENS. Que cela fasse mal ou non, le moment est venu ; que nous le reconnaissions ou non, c’est quelque chose qui nous dépasse, c’est pourquoi il est extraordinaire.

ÊTRE TOUJOURS OUVERT AUX NOUVELLES EXPÉRIENCES QUE LA VIE NOUS ENVOIE.

Même s’il nous met mal à l’aise et nous confronte, le vieux destin disparaît avant l’arrivée imposante de la liberté.

Je vous assure que je n’aurais jamais écrit cet article, simplement parce que je considère que c’est un sujet si délicat et qu’il peut donner lieu à tant d’interprétations erronées, qu’il pourrait être un danger pour de nombreuses personnes qui sont à la limite de ce qu’elles ne peuvent pas traverser et pourraient être tentées de sauter, et ma crainte est qu’elles l’interprètent mal en pensant qu’elles doivent sauter.

Dans ma propre vie, j’ai déjà compris qu’on ne peut pas sauter, que c’est quelque chose qui se passe naturellement et sans planification. Compte tenu de ma peur de pousser les personnages à sauter, je préfère ne pas faire ressortir ce que je ressens et ce que j’ai vécu à propos du GRAND SAUT.

Mais en moi, le saut se produit aussi, dans ce cas, cela signifie que je suis en train d’élargir et de renouveler ma confiance avec les gens qui me lisent. J’ai reçu des messages de plusieurs personnes qui me disaient au moins la même chose. Où dois-je aller à partir de là ? Comment faire le saut ?  Tant de personnes qui en ont assez de la même chose, qui ont déjà fait de grands pas en avant vers la liberté et qui se trouvent à un moment clé du processus où je considère qu’il est vital d’apporter une contribution basée sur ma propre expérience.

C’est pourquoi aujourd’hui, 9 février, j’ai décidé de me lancer dans cette aventure d’écrire quelque chose que je n’avais jamais décidé d’écrire : (il s’agit du processus de mort de ce qui n’est pas authentique) « S’OUVRIR À RECEVOIR », « COUPER AVEC LE PASSÉ », « ARRÊTER DE S’ACCROCHER ET SAUTER » Ce sont différentes façons de définir et de vivre le GRAND Saut.

Je suis à Cuba en ce moment en vacances, ce soir j’ai des amis des États-Unis qui viennent me rendre visite et nous allons faire une session d’ayahuasca pendant que nous sommes là-bas. De toute évidence, je n’avais pas prévu cela, c’est venu aujourd’hui ; et c’est le thème central de cet article : PERMETTRE À LA VIE DE DÉPLACER SES PIONS SUR LA TABLE DE LA DÉSTINÉE.  Et avec chaque chose qui se passe ou qui nous arrive, soyez prédisposés à la traverser à cœur ouvert. Si les pièces bougent et que les positions deviennent si désordonnées, il n’est plus possible de continuer à jouer au même jeu d’ennui et d’autodestruction ; la possibilité de créer son propre jeu naît alors, laissant derrière soi le confortable, le sûr et le connu (la médiocrité), sans avoir à se laisser guider par les règles de ceux qui ont créé les jeux humains amers et manipulateurs.

Devenir le créateur de son propre jeu est un acte créatif qui dépend de la liberté d’action dont nous disposons. Se libérer de la peur, de la culpabilité, de ce que les gens vont dire, c’est comme se couper de son passé. C’est une chose qui arrive déjà à de nombreuses personnes dans le monde entier ; sortir de la prison qui a limité notre splendeur, nous ouvrir pour recevoir ce que nous avons toujours mérité mais que nous nous sommes efforcés d’éviter. C’est l’une des façons que je dois appeler le grand saut : « S’OUVRIR À RECEVOIR ». Il y a tant de choses qui attendent d’entrer, il y a tant de vie à vivre et tant de chemin à parcourir, que ce n’est qu’à partir de l’ouverture que tout commence à arriver.

Les plans, les spéculations, les calculs, les attentes et la rigidité ne sont pas compatibles avec la liberté, le flux ou la spontanéité. C’est comme si on ne savait rien de ce qui va se passer, chaque jour qui recommence et à partir de zéro. Mon calendrier pour l’année 2020 est déjà bien rempli de voyages et d’événements, mais on ne sait jamais. Pour moi, un calendrier ou une planification des activités et des dates ne sont qu’un indice minimal et approximatif de tout ce qui peut arriver. Mon calendrier est comme une carte, mais le territoire est alors incroyablement différent, plus excitant que je ne l’imaginais parce qu’il est vivant, donc il me surprend au-delà de ce que j’avais prévu. L’étonnement m’accompagne chaque jour de ma vie car je ne suis pas gouverné par un esprit qui veut réaliser ce qui était prévu, mais le plan n’est qu’une idée plus ou moins fixe qui est destinée à exploser et à libérer son énergie créatrice.

Quelque chose se produit au fil du temps lorsque le GRAND Saut commence à se produire. Le passé, qui était vivant en tant qu’entité dominante, ne peut plus rien faire, comme s’il était mort, il ne peut plus influencer les décisions qui sont prises.  Le passé a été réduit à un musée existentiel à travers lequel je peux me promener (avec une visite guidée de la conscience) pour observer avec gratitude tout ce qui s’est passé et contempler à quel point il a été parfait. Le passé de tout être humain qui se guérit lui-même n’est qu’une biographie personnelle, mais ce n’est pas un point central d’informations et de conclusions qui peuvent créer la vie présente. « COUPER AVEC LE PASSÉ » C’est une autre manière de définir le grand salto …

Mais le grand saut n’est pas quelque chose que nous pouvons faire, c’est quelque chose que nous pouvons seulement permettre et soutenir, car il ne dépend pas de la volonté égotique mais de quelque chose de beaucoup plus profond ; notre âme fait tout pour ce moment à venir.  Tout ce que nous avons fait est précieux parce qu’il a été guidé par cette maîtrise intérieure qui sait où aller et où aller. Nous avons collaboré avec notre âme pendant tout le processus de notre recherche, et soudain le moment arrive où le grand saut se produit, c’est-à-dire que nous devons être attentifs et prédisposés à ne pas interférer, à ne pas bloquer, à ne pas empêcher ce que nous voulons voir se produire au fond de nous. Quand ce moment arrive, nous ne pouvons que faire confiance, être inconditionnels et nous en débarrasser. C’est pourquoi je définis également le grand saut comme « ARRÊTER DE RETENIR ET LACHER », ce qui doit tomber tombera, ce qui n’est pas à nous.

Le grand saut est le résultat naturel d’une décision radicale et retentissante. Mais c’est une décision de vie, de liberté et de responsabilité qui s’épanouit splendidement à partir d’un processus de compréhension intérieure dans lequel la conscience commence à s’éveiller.  Cette décision consciente d’OUVRIR, de COUPER, de QUITTER, de DIFFUSER et donc d’ÊTRE LIBRE, survient lorsque nous en avons totalement marre de l’éternelle répétition des histoires. Le copier-coller fonctionne déjà parce que nous avons vu le mécanisme automatique et inconscient qui veut nous faire répéter mille fois la même chose. La roue de l’erreur, du karma ou du destin cruel et pervers qui nous maintient dans un état d’ennui et de lassitude ; de là surgit quelque chose de très puissant dans notre Être, qui, transformé en décision, fait que tout commence à changer dans la vérité. C’est pourquoi une autre façon d’appeler le grand saut est « DECIDER D’ETRE LIBRE » et si cette décision est maintenue jusqu’au bout, nous atteindrons la sortie de l’esclavage.

Tout ce que nous pouvons faire en ce moment où le GRAND SAUT se produit déjà, c’est de gêner, d’interférer, de tergiverser et même d’empêcher qu’il se produise, à un certain point profond en nous, nous avons été programmé pour pouvoir sortir de la prison des limitations et cela se manifeste soudainement à un moment donné au plus profond de nous, si puissant que nous ne pouvons pas le gérer, comme un saut transcendant qui dépend de l’ouverture des ailes, mais nous ne réalisons pas que nous sommes déjà au bord du précipice et que les ailes sont déjà ouvertes, le vent vient s’imposer pour nous soulever en vol… c’est un moment unique, unique, majestueux. Nous devons seulement nous connecter avec ce qui s’est déjà passé.

À ce moment, tous nos personnages qui aiment la souffrance sont activés parce qu’ils ne veulent pas que ce saut se produise, l’ego, habitué à la médiocrité du coffre-fort, s’oppose fortement à notre passage de l’autre côté où réside le mystère.  Mais, à ce stade du processus, ce n’est plus quelque chose que l’on peut manipuler ni dans le temps ni dans la forme, c’est une grande vague de transformation qui a acquis sa voie et qui s’impose. Lorsque le tsunami de la guérison arrive, c’est parce que ce processus d’évolution interne, que nous soutenons depuis si longtemps, a porté ses fruits.  

C’est pourquoi j’ai pu constater par moi-même que le grand saut est « SE CONNECTER AVEC LES AILES OUVERTES POUR VOLER ». Où le vent nous mènera-t-il ? Quelle est la destination ? Où atterrirons-nous à nouveau ? Quelle sera notre nouvelle direction ?   Des questions stupides et inutiles pour celui qui fait confiance à l’amour, des questions inutiles pour celui qui aime vivre de la confiance. Parce que j’ai prouvé dans ma vie que lorsque l’amour et la confiance s’élèvent à travers la liberté de l’Être, le moment et les circonstances de la reddition arrivent inévitablement.

C’est pourquoi je veux terminer cet article avec la dernière définition du grand saut : « PERDRE COMPLÈTEMENT LE CONTRÔLE ». Jusqu’où avez-vous pu aller en contrôlant tout ? Qu’est-ce qui vous a donné une vie sûre et planifiée ? Que pensez-vous que vous allez perdre en perdant le contrôle ? Et si vous perdez le contrôle, vous gagnerez tout ?

Nous sommes sur le méridien d’une nouvelle vie, avant le miracle de la renaissance ; lorsque nous sommes à la frontière entre deux destinées, la découverte douloureuse mais libératrice de la vérité apparaît ; vient alors la réalisation unique et personnelle que je ne suis pas ce que je pensais être (réalisation de la limitation qui m’a emprisonnée) et j’entrevois pour la première fois que je suis tout ce que je peux déjà être (rencontre pour la première fois face à face avec mon authentique potentialité).

Beaucoup de gens me demandent : « Qu’est-ce que la reddition ? Comment puis-je me rendre ? C’est la dernière façon dont je définis le GRAND Saut : SE REMETTRE ENTRE LES MAINS DU MYSTÈRE. Lorsque vous vous mettez entre les mains de ce que vous ne connaissez pas ou ne pouvez pas contrôler, le miracle du grand saut se produit. Maintenant, les choses sont entre les mains de votre véritable destin. Votre âme en profite. Se consacrer au plaisir du parcours, ce n’est plus entre vos mains mais entre les mains de l’existence divine.

Alberto José Varela

nosoy@albertojosevarela.com

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page