L’ÉCHEC DU MAÎTRE INTÉRIEUR (2ème partie). Quand l’ego nous fait croire qu’il est un maître spirituel et qu’il a le pouvoir de nous guider. (CLASSE PRÉPARATOIRE DES PROCHAINS CYCLES DE FORMATION DE L’ÉCOLE CONSCIENTE)

LA MAÎTRISE INTÉRIEURE EST UN PROCESSUS DE RÉALISATION, LE MAÎTRE INTÉRIEUR EST UNE ILLUSION.

L’un des grands secrets de l’autonomisation personnelle authentique est de savoir comment différencier un état d’une attitude.

Si je vous dis que Le Maître est en vous et que vous le croyez, vous êtes en difficulté parce que celui qui pense être un maître est en réalité l’ego (ou le personnage qui dirige la vie). De la nécessité de ne pas vouloir dépendre de qui que ce soit, s’installe l’illusion de l’autonomisation (croire que nous pouvons, même si nous ne pouvons pas encore). Parfois, les enfants veulent marcher mais ils rampent encore et n’ont pas la force de prendre des marques fermes. Dans cette différence, entre ce que vous croyez ou ce que vous voulez et ce que vous pouvez, une fissure surgit qui peut causer un tremblement de terre à tout moment. Chaque croyance crée un sens de la réalité, et si vous vous persuadez que vous êtes plus haut que ce que vous n’êtes, ou plus haut que là où vous êtes arrivés, vous vous croyez prêts à à écrire beaucoup de livres et même à donner des conférences, mais cela relève alors d’une croyance issue de l’usurpation d’un soi disant enseignant intérieur, qui est bien différent du vécu de la maîtrise intérieure qui elle, est une toute autre réalité.

« Le professeur d’intérieur est un occupant, qui assume un pouvoir qui ne lui a pas été donné, pour imiter un rôle qui ne mène à rien »

LA LIMITATION QUI CACHE LA RECHERCHE D’INDÉPENDANCE:

Si un enfant apprend à apprendre grâce à vous, vous pourrez l’amener en partie à l’indépendance, pour résoudre les problèmes sans aide extérieure, sinon il sera exposé à des incohérences graves dans la base de l’apprentissage, car tout système d’apprentissage devrait fondamentalement transmettre la confiance sans pour autant impliquer une rupture avec l’extérieur mais plutôt un rapprochement. La gratitude et la reconnaissance pour ceux qui l’ont soutenu dans son processus de découverte, montre que l’enfant était ouvert à recevoir. Chaque enfant a besoin de faire confiance à celui qui le guide, c’est ainsi que naît la confiance, dans une relation extérieure à lui. En fait, un enseignant ou un enseignement devrait enseigner à faire confiance, rien de plus. Mais le processus peut être inadéquat et produire l’effet inverse. Vous voudrez peut-être libérer une personne et pourtant vous l’asservirez beaucoup plus. Comment cet effet inverse se produit-il?

Il est vrai que même si les conditions généralement asservissent, les conditions pourront également être asservissantes, dans le fait que l’expérience humaine comprend cet aller-venue entre deux expériences, cette navigation entre le conditionnement et le déconditionnement, un voyage dans les vagues de l’océan majestueux du Mystère, où l’inconditionnalité est requise.

« Être inconditionnel, c’est aimer à la fois l’esclavage et la liberté »

D’un autre côté, si la dépendance provient de l’enseignement, elle rendra esclave et de la même manière si l’indépendance est apprise, elle asservira aussi. Parce que le besoin d’être indépendant est un type de dépendance très sophistiqué, puisqu’il vous fait dépendre de l’idée que vous pouvez être indépendant et que vous dépendez de la nécessité de prouver que vous êtes indépendant. Je parle de l’énorme résistance qui existe dans l’être humain à l’interdépendance. Je dépends des autres et les autres dépendent de moi. C’est une situation merveilleuse qui me permet d’être disciple et professeur en même temps, qui ne me permettra jamais de croire que j’ai déjà trouvé mon maître intérieur, mais que je suis dans un processus de maîtrise intérieure dans lequel j’apprends à la fois à être autant dépendant qu’indépendant, et tout à la fois autant conditionné que libre. C’est la manière dont l’éternité se meut dans la finitude du matériau.

« L’inconditionnalité et l’interdépendance sont les piliers sur lesquels repose l’expertise intérieure »

QUELQUES DIFFÉRENCES ENTRE L’ENSEIGNANT INTÉRIEUR ET LA MAÎTRISE INTÉRIEURE.

L’enseignant est une figure idéalisée, c’est quelque chose de fixe, c’est un état auquel on aspire, un but à atteindre. Le désir d’être enseignant est en soi contradictoire avec l’essence de ce qu’est la maîtrise intérieure. La maîtrise est une compétence, une attitude, une grande habileté acquise, un maniement extraordinaire et expérimenté des situations, c’est savoir se mouvoir entre le difficile, le compliqué, l’inconnu et le dangereux sans dominer la peur ou l’insécurité. La maîtrise est un ensemble de mouvements que personne ne provoque ou n’exécute. S’il n’y a personne, il y a de la maîtrise, s’il y a quelqu’un qui guide, il y a un professeur d’intérieur. Si vous demandez à quelqu’un qui vit le processus de maîtrise intérieure, qui vous guide? Il vous répondra: « JE NE SAIS PAS ». Il y a quelque chose qui guide mais pas un guide, car s’il y a quelqu’un qui guide, il correspond à un personnage qui, bien qu’accomplissant sa fonction, n’a pas la capacité de nous emmener au-delà des limites.

Je peux assurer à ce moment de ma vie et avec l’expérience accumulée depuis de nombreuses décennies que quand nous parlons du professeur intérieur, nous parlons d’une très belle fantaisie irréalisable, être enseignant de soi ou des autres est une construction mentale basée sur des polarités et cela vous force à être l’un ou l’autre; mais quand je me réfère à la MAÎTRISE INTÉRIEURE, il y a intégration des polarités, l’extérieur inspire, soutient, fournit, supporte, clarifie et guide. C’est un processus de maturation du Soi dans lequel la sagesse intérieure surgit spontanément grâce à l’interaction avec les autres. Quand un individu est occupé à recevoir, et à recevoir seulement sans avoir besoin de donner ou de rendre, il arrive un moment où il est plein de compréhension et d’amour, la compassion est la compréhension la plus raffinée qui existe; alors l’émanation extérieure de ce qui a été reçu est naturelle, c’est un processus de guérison dans lequel quelque chose de nouveau est autorisé à entrer et quelque chose de différent de ce qui vient est transformé. Quand ce qui est reçu de l’extérieur passe par le centre de notre être, il est inévitable qu’il en sorte quelque chose de plus raffiné et élevé que la forme dans laquelle il est entré. J’appelle ce processus de transformation interne LA MAÎTRISE INTÉRIEURE.

Là, nul enseignant mais seule la sagesse existe. Là, nul Dieu mais seule la créativité existe.

La sagesse et la créativité, les potentialités et la divinité sont activées à travers un processus de maîtrise intérieure qui n’a rien à voir avec l’identité ou la figure idéalisée d’un enseignant. Croire qu’il y a un enseignant (intérieur ou extérieur), c’est prétendre atteindre un certain état: celui de l’enseignant; tandis que s’abandonner à la maîtrise, c’est réaliser que vous ne pouvez atteindre aucun état, mais seulement vous abandonner à un processus qui a été initié et qui conduira inévitablement à la transformation.

Je vous soutiens dans la recherche de votre professeur intérieur ou extérieur, chacun vit ce qu’il a à vivre, mais si vous le faites, je vous suggère de vous poser la question : “Qui cherche? Quel enseignant cherchez vous en vous ?” A l’intérieur d’un être humain, il n’y a personne, il n’y a jamais eu et il ne peut pas y avoir quelqu’un; les humains ont créé « quelqu’un » pour remplir cet espace vide, et cela s’est produit à la suite multiple identifications qui ont généré une identité fausse, limitée et insuffisante. Vous pouvez l’appeler «ego», «je» ou «personnage»; mais derrière ce masque il y a une essence divine, un potentiel, un non-être pur et capable d’être tout. En ce sens, trouver l’enseignant intérieur est une tragédie dans le chemin de la réalisation parce que de cette croyance surgira une autre croyance, celle que le travail se fait en atteignant un certain état. Ce moment est celui où l’évolution intérieure s’arrête, l’auto-sabotage et l’illusion de l’autonomisation apparaissent. Ce fait montre qu’aucun progrès n’a été fait dans la conquête de sa propre maîtrise. Réaliser ce fait, c’est déjà une avancée dans la découverte du mensonge.

Si le maître intérieur est celui qui sait, c’est une autre démonstration de l’efficacité suspecte de cet enseignant intérieur, parce que la maîtrise nous enseigne que vous ne savez jamais rien, que la connaissance est quelque chose d’inaccessible. Sauver notre sagesse intérieure est le maximum du pouvoir auquel nous pouvons accéder, mais cela en veut pas dire avoir accès à une bibliothèque qui contient tout, ou où vous pouvez trouver toute la connaissance, mais au contraire, cela veut dire accéder à un espace vide dans lequel tout peut surgir à chaque instant parce que la confiance, la créativité et le mystère sont en vie en nous.

Quand nous parlons du professeur intérieur, des questions surgissent : “Qui est-ce? Comment le trouver? Qui l’a découvert? Comment détecter ou savoir qui a rencontré son professeur intérieur?” Le besoin de savoir grandit de plus en plus au lieu de laisser surgir dans tout ce qui vient à vous, la possibilité d’y apprendre quelque chose.

« La sagesse est une source inépuisable de maîtrise, la maîtrise est une source inépuisable de sagesse »

Lorsque nous parlons de maîtrise intérieure, de grandes préoccupations surgissent car dans le sentiment qu’il n’existe aucun maître intérieur qui me guide mais que je suis l’enseignant et le disciple, se trouve la transformation de la conception que nous avons de qui nous sommes; puisque le processus de récupération du souvenir de qui nous sommes est l’école où se trouve la précieuse compétence pour trouver le chemin du retour. La maîtrise intérieure est ce voyage intérieur qui nous conduit au Soi, pas le maître intérieur. Pour moi l’Être est le seuil du non-être, donc dans le Soi n’habite pas quelque chose appelé « l’enseignant intérieur » sinon cet enseignant intérieur serait le portier d’un labyrinthe qui vous empêcherait d’entrer dans un espace où vous allez vous perdre, quand précisément dans le fait de se perdre se trouve la solution. Lorsque vous n’avez aucune référence à quoi que ce soit, quand personne ne vous soutient, c’est alors que vous vous introduisez dans le mystère.

Je dois admettre que beaucoup de gens font ce voyage vers l’intérieur pour trouver la porte d’entrée, mais la rencontre avec ce personnage spiritualisé (le gardien du labyrinthe ) qui vous attend à la porte d’entrée pour freiner le processus d’évolution, qui vous empêche de pénétrer, te laissera à l’extérieur de toi en te faisant croire que tu es arrivé et qu’il n’y a plus rien d’autre à faire. Aller chercher à l’intérieur pour trouver un maître intérieur, ne donne aucune garantie que le maître s’y trouve, par le fait que la plupart des humains ont cet espace de vie intérieure remplie d’une entité égotique (identification avec des blessures) qui, tel un occupant, a envahi le centre du pouvoir personnel. Cet occupant veut le pouvoir, veut être supérieur, veut l’indépendance, il veut être libre et indépendant, donc pour beaucoup de gens aller vers l’intérieur, c’est se confronter au risque de rencontrer un monstre egotique complexe, qui vous fait comme ci-dessus croire qu’il est un enseignant et qu’il n’a besoin de rien d’extérieur, qu’il se suffit à lui même. La phase suivante sera alors celle de la grande déception qui arrive inévitablement dans la quête humaine de la maîtrise, comme un bourreau qui vient tuer toutes les idées fausses de ce qu’il pensait qu’il avait conquis. Cela fait partie du processus de mort essentiel à la naissance de la maîtrise.

Si cela vous est arrivé ou que cela vous arrive, c’est une bénédiction de la conscience, vous êtes prêt à recommencer, vous avez transcendé l’auto-sabotage, le plus grand ennemi de l’évolution intérieure.

Alberto José Varela

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page