PLONGER DANS L’ÊTRE – Laisser derrière soi l’illusion que la vie est à la surface. (Laura Torrabadella)

LE VOYAGE VERS LA TRANSFORMATION 

Faire le grand saut, avec la décision d’aller en profondeur.

Peu ont osé permettre à la Vie d’entrer, de les transpercer et d’ouvrir leur cœur pour y entrer, avec courage et résolution, pour naviguer dans les abîmes de l’Etre, là où réside notre Essence, oseras-tu entrer ?

 

J’ai toujours pensé que les plus belles plongées étaient celles de moins de six mètres de profondeur. C’est là toute la variété de la vie marine, les couleurs, le mouvement, l’aventure et la sécurité de savoir qu’en moins de six mètres, on peut remonter à la surface avec peu de risque d’être allé trop loin, sans avoir à imprimer une quelconque prudence pour retourner dans le monde extérieur qu’on connaît bien. Ça entre et sort, ça descend et ça monte.

 

En fait, il y a beaucoup plus à explorer. A partir de 18 mètres de profondeur, la couleur s’estompe, le silence devient éternel, en stéréo, la respiration acquiert une nouvelle qualité, on l’entend à l’intérieur de ses propres entrailles et le calme vous emprisonne dans son rêve. Entre la surface et soi-même, il y a la mort, mille morts de toute la vie qu’on laisse derrière soi en descendant vers les profondeurs abyssales de l’océan.

 

C’est une comparaison de ce qui nous arrive dans la vie elle-même, la possibilité de rester dans ce qui semble profond, mais qui ne l’est pas, manquant la merveilleuse sensation enthéogène d’atteindre la fin. 

 

Que se passe-t-il lorsque nous entrons au-delà de ces 18 mètres, après lesquels l’ascension ne peut plus se faire sans une conscience totale et absolue, que sommes-nous dans ce lieu entre tout et le néant, quand nous ne voyons toujours pas le fond et que la surface est si loin de la réalité du présent ?

 

Le Vide. Dans cet espace de silence, où tout ce qui est connu est loin, et où tout ce qui est nouveau n’est pas encore arrivé, nous trouvons le précieux don du Vide.

 

Le Vide du méconnu.

 

Le Vide du mystère.

 

Le Vide de l’inconnu, pulsant avec ses possibilités infinies.

 

Le Vide de la toile d’un blanc immaculé où tout et rien convergent en dansant au son de la même histoire.

 

Dans les six premiers mètres, vous pouvez faire une visite touristique belle et vivante ; en traversant la barrière des 18 mètres, vous commencez à fusionner avec le vide de la vie, Une connexion avec le néant qui habite de la même manière en moi qu’en existence.

LE VOYAGE ÉTERNEL DE L’ÊTRE.

 

 C’est plonger dans son propre Soi. Un voyage dans l’inconnu, dans lequel le seul passeport est la Confiance, le seul Destin est le Mystère et il n’y a pas d’autre véhicule que votre propre cœur, votre esprit, votre essence qui s’efforce de se libérer de tout ce qui ne vibre plus à la cadence de l’Amour.

 

En lisant ces mots, on pourrait croire que le destin est un endroit où vous décidez d’aller, une destination que vous choisissez volontairement, comme celui qui choisit où un avion va atterrir. Il y a plusieurs destinations, mais une seule est le Destin de l’Etre. Le destin vers lequel nous nous dirigeons presque tous est celui du conditionnement, de ce que nous avons reçu et n’avons pas reçu de nos parents, de notre environnement, guidés par l’acceptation et le rejet, emprisonnés dans la dualité. Une destination dans laquelle nous pensons encore pouvoir décider, dans laquelle nous voulons contrôler le port de départ et le port d’arrivée.

 

Le Destin vers lequel le Mystère de la Vie vous conduit en est un autre. Une dans laquelle VOUS êtes totalement libéré de la prison d’avoir à décider. Dans lequel VOUS avez la possibilité de vous libérer de toutes les façons dont VOUS croyiez que les choses devraient arriver, de tous les résultats que VOUS pensiez qu’elles devraient arriver, guidés par la culpabilité et la peur. Parce que VOUS n’êtes pas votre Soi, VOUS êtes tout ce que vous pensiez être.

 

Dans ce Destin, il vous suffit de vous laisser tomber, de laisser la semence dispersée dans l’Existence recevoir toute l’abondance de Celui qui l’a créée. C’est couler dans le fleuve de la confiance, c’est vivre dans le Destin auquel vous étiez déjà arrivé au moment de votre naissance. C’est retourner à l’origine.

 

Beaucoup cherchent à se libérer de leurs chaînes, mais ils veulent que cela se fasse à leur manière, en respectant leur rythme, leur moment. Peu, face à l’incertitude, ont le courage de dire : « Qu’il ne reste plus rien » Qu’il ne reste plus rien en moi, comme je l’ai connu jusqu’à présent ; qu’il ne reste plus rien de ce qui ne doit plus être laissé. Donner à la Vie la décision de ce qui va et de ce qui reste. Vous ne serez pas celui qui ne décidera ni du chemin, ni du moment, ni du rythme, ni des conséquences.

 

Il est impossible de savoir quand viendra le temps de se libérer de ce qui ne l’est pas. On ne peut pas savoir comment elle arrivera, on ne sait pas si elle sera douloureuse ou agréable, parce qu’on ne peut pas savoir quel endroit du Soi va éclater en mille morceaux, fragments qui ne pourront plus jamais être reconstruits de la même manière.

 

Pour celui qui a signé un contrat de guérison, pour celui qui a déjà pris le billet pour le voyage vers l’évolution intérieure, la mauvaise nouvelle ambiguë est que le temps viendra.

 

L’amélioration ne suffira plus, le changement restera opérationnel, anecdotique. Avant le moment du sommet où tout vole dans les airs, vous ne pouvez que vous laisser tomber. N’ouvrez pas le parachute, ne cherchez pas le filet de sécurité. Toute mesure préventive risque de retarder ce qui est déjà inévitable : votre propre transformation, le retour à l’origine de votre essence, de ce que vous avez toujours été et oublié d’être. La chute est la reconnexion même à votre propre nature divine. Profitez-en, malgré les vertiges et les vertiges.

 

Votre Etre entreprend un voyage éternel, un voyage de retour, un voyage qui atteindra inévitablement sa destination ; vous ne pouvez rien faire pour l’arrêter, vous ne pouvez que le reporter artificiellement, avec beaucoup d’efforts, avec beaucoup d’auto-illusion et de résistance à voir.

 

Peu sont ceux qui ont osé entrer dans le fleuve de la vie, donc, ils ne pourront pas atteindre l’océan de l’éternité. Dans le fleuve est le bruit, le débit, le mouvement ; dans l’océan est la profondeur du calme, du silence, du néant. Le voyage se fait de l’étroitesse et de la limitation de la rivière à l’immensité de l’océan.

 

« La vie, avant je pensais que tu nous donnais et  nous prenais avec la même sagesse ; maintenant que je l’ai vérifié, je sais que tu ne peux que donner, que ta propre essence ne te permet pas de faire autre chose que me donner tout ce dont j’ai besoin, à chaque instant.

 

Maintenant, je ne peux que donner en retour »

 

 

Laura Torrabadella

 

retiros@innermastery.es

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page