QU’EST-CE QUI CHANGE DANS LA VIE QUAND ON S’OUVRE AU VÉRITABLE CHANGEMENT? Lorsqu’une situation est maintenue pendant une certaine période de temps et dans un contexte consciemment conçu, se produisent les conditions pour qu’il nous arrivent des choses importantes dans notre vie.

RÉSULTATS D’UNE MÉTHODE QUI MARCHE

Les principaux changements survenus chez les personnes après avoir fait un processus d’évolution interne avec l’utilisation psychothérapeutique de l’Ayahuasca

Au cours d’une conférence, l’un des auditeurs m’a demandé: quelle est la différence entre une personne qui n’a pas encore fait de processus de guérison avec vous et celle qui l’a déjà fait?

Je vais donc vous parler des changements que j’ai vu dans les participants qui ont fait un processus de trois lunes, soit trois retraites pendant environ trois mois, qui correspond au temps nécessaire pour faciliter la mise en œuvre d’une énergie d’auto-détermination en chacun. Cette énergie est le résultat d’une conquête intérieure et de la rencontre en soi avec un espace de pouvoir personnel, qui donne à chacun la force nécessaire pour œuvrer à tous les changements qu’ils désirent pour leur vie et pour prendre des décisions à l’égard de leur propre expansion.

La première retraite est celle qui catapulte la personne dans un horizon infini de nouvelles possibilités pour sa vie et qui se déploie dans sa conscience et dans les prairies de son cœur.

Le processus des trois lunes est recommandé par les chamans et les enseignants de nombreuses écoles et par une grande partie des traditions philosophiques de l’histoire qui ont leur équivalent thérapeutique dans ce laps de temps.

En trois années d’expérience auprès de milliers de personnes, dont je suis encore en contact pour la plupart, et pour lesquelles j’ai par dessus tout une joie immense en contemplant leur évolution, j’ai pu observer et récolter les changements suivants obtenus suite au processus vécus pendant ces 3 lunes, observations sur lesquelles je m’engage entièrement :

– CONSCIENCE DE LA PROPRE CONSCIENCE: Tous les êtres humains ont une conscience, mais tous ne sont pas conscients du pouvoir de leur conscience pour dissoudre tout ce qui interfère dans leur vie. C’est comme si, par exemple, une personne ne connaissait pas la multitude d’usages de ses mains et pensait que ses mains ne lui servent qu’à manger, et vit ensuite une expérience d’expansion de la conscience, et découvre la largeur de l’univers dans chaque doigt, ongle et ligne qui court sur ses paumes.

En outre, les gens commencent à développer la capacité de se “découvrir eux-même” ou plutôt, la capacité de découvrir in fraganti leur conditionnement quand celui-ci tente de répéter le mécanisme défensif qui interfère à ce moment-là. On comprend le conditionnement, comme l’ensemble des conditions que la personne a acquises dans sa vie et qui la limitent à cause de ses peurs et de ses sentiments de culpabilité, ce qui la fait réagir d’une certaine manière qui agit en soi, comme une identité qui usurpe sa capacité de décider et de vivre librement et spontanément. « Se découvrir soi-même » signifie que l’individu prend du recul chaque fois qu’il réagit, se plaçant à la place de l’observateur, afin de pouvoir répondre d’une manière unique et originale en fonction de ce que le moment exige.

Cela permet à la personne, comme si elle se détachait d’une grande armure, rouillée et pleine d’engins capricieux, de pouvoir arrêter de s’identifier à son conditionnement pour se placer à partir de ce qu’elle est en réalité, et d’agir avec souveraineté et en lien à la plénitude de sa propre conscience.

– RESPONSABILITÉ: Cette section ne se réfère pas à une responsabilité liée à des notions comme être ordoné ou ponctuel. Cela se réfère aux personnes qui découvrent que la responsabilité est beaucoup plus large que ce qui est habituellement envisagé, et qu’il s’agit de s’occuper de leurs propres blessures, projections et jugements. À ce moment-là, ces personnes commencent à aller se mettre dans leur intérieur, et pas dans ce qui se passe à l’extérieur, en prenant conscience des interprétations des événements de la réalité et en prenant enfin la responsabilité de leurs perceptions.

Lorsque cela se produit, se déclenche une inhibition d’une grande partie des conflits quotidiens et les gens ressentent aussi une grande libération, car le fait de se rendre compte que le conflit n’était pas à l’extérieur, mais dans l’esprit, c’est-à-dire en soi, permet de trouver en soi tout l’espace pour pouvoir manœuvrer depuis la conscience et dissoudre la lutte intérieure.

-CONNEXION PROFONDE AVEC LE CŒUR: Le processus facilite une arrivée de tendresse et de douceur au cœur qui fait qu’on exprime cela au travers de notre voie et de nos actions. C’est comme s’il se produisait un changement dans le PH de notre esprit et que l’on passait de l’acidité et l’amertume de la corruption et du désespoir, à l’alcalinité d’un océan de possibilités de vie et d’opportunités d’aimer.

La personne se déplace de la tour de contrôle de l’esprit, à la maison du cœur, là ou habite son enfant intérieur, qui est le seul qui, avec son innocence, peut la guider dans les sentiers du mystère. Parce que le cœur, c’est la boussole qui nous guide et le vrai oracle à consulter.

-LIBÉRATION DES BLOCAGES ÉMOTIONNELS: Beaucoup de personnes qui ont fait de la thérapie pendant un certain temps, comprennent qu’ils sont des contrôleurs parce que peut-être leur mère était contrôlante, mais cela ne les empêche pas de l’être à leur tour. La connaissance ici se vit depuis l’esprit, mais la vraie compréhension ne peut se faire qu’avec le cœur.

Avec la prise d’Ayahuasca, on comprend parce que l’on fait l’expérience en profondeur de ce qui nous arrive. Ainsi s’ouvre en nous un regard intime sur les fibres les plus sensibles de notre être, celles qui, avec leur cri d’alarme, nous conduisent à exprimer l’étouffement de la vie dans cette prison où nous étions et nous amènent ensuite aux convulsions de la catharsis. Cela se produit parce que nous nous approchons de nous-mêmes et nous nous permettons de sentir, même si ce n’est que l’espace d’une nuit, tout, avec une confiance totale, de telle sorte que l’on se reconnecte à son soi intime. Normalement, la plupart des gens vivent loin d’eux-mêmes chaque jour, en jugeant leurs émotions et ne les accueillant pas, de sorte qu’ils restent stoppés dans leur évolution en se créant des blocages. Avec le drainage émotionnel qui arrive dans une séance d’Ayahuasca, les canaux internes sont nettoyés et se détendent, s’ouvrent, ce qui permet à l’énergie vitale de circuler à nouveau avec légèreté.

Les déblocages ne sont pas seulement émotionnels. Les gens se débarrassent aussi des sentiments d’inaptitude qui les empêchent de se connecter à l’abondance de la vie, c’est le cas lors du déblocage sexuel. Beaucoup de femmes viennent parce qu’elles sont incapables de vivre un orgasme (puisque l’orgasme ne se produit que lorsque le contrôle est libéré, il y a un sentiment de peur de vivre tout ce qu’elles ont peur de ressentir). Au cours de leur expérience, ces femmes parviennent à se connecter avec leur énergie sexuelle et elles décrivent qu’elles ressentent une sensation ludique qui les parcourt en caressant chaque coin érogène de leur corps, en leur permettant ainsi une libération qu’elles peuvent ensuite extrapoler à leur relations.

-GUÉRISON DE TRAUMATISMES: Quand il y a un traumatisme (il n’a pas à être le résultat d’un fait très douloureux, il peut également être produit par craquage suite à une série de petits coups constants), une rupture narrative se produit, c’est-à-dire que la personne est divisée en deux dans son intérieur, entre ce qui était avant le traumatisme et ce qui est resté après. L’Ayahuasca lui fait comprendre comment elle a donné tout son pouvoir à une perception de ce qui lui était arrivé, et non à ce qui s’est réellement passé. Et cette perception erronée, laisse dans la personne une marque cinglante de douleur et de culpabilité. Avec l’Ayahuasca, nous revisitons ce moment d’incompréhension à partir d’un état de conscience élargi, pour le voir avec l’intelligence supérieure de l’amour, ce qui nous conduit à éprouver le pardon et la réconciliation.

Après ce processus, la personne expérimente non seulement une union intérieure, mais aussi, commence à se nourrir de ce passé qu’elle avait renié auparavant, le passé prend ainsi du sens et elle commence a se rendre compte de ce que la culpabilité qu’elle ressentait n’était qu’une croyance. Enfin, la personne commence à se reconnecter à la dignité et à l’innocence qui avaient déjà été supprimées par une fausse dignité et liberté, des vapeurs floues qui masquaient ces précieuses valeurs originales sans leur en donner l’accès. C’est un processus qui non seulement vous permet de vous récupérer mais aussi d’évoluer.

-SENSIBILITÉ: La cascade électrique de sensations qui nous permet l’ouverture du cœur, évapore les soupçons et fait disparaître la question absurde sur le sens de vie, qui devient juste une question sèche de l’esprit. C’est alors que «le ressenti de la vie» apparaît, un sentiment qui se produit parfois et qui donne la possibilité de toucher la grâce divine et de vivre des expériences momentanées et une joie exultante. Un bonheur béni où le ressenti et le ressentant deviennent un.

– ÉLARGISSEMENT PERCEPTIF: « On voit la vie d’une autre couleur ». Littéralement, parce que l’on enlève la poudre grise de nos canaux perceptifs et l’on commence à respirer, voir, toucher, ressentir, goûter, et sentir la caresse délicate d’une danse douce et romantique. Même les couleurs sont plus vives!

– CONFIANCE: La prise d’Ayahuasca est un laboratoire. Pour une nuit, nous suggérons aux gens d’arrêter de contrôler, de chercher, de se battre; on leur dit de se rendre avec confiance à l’expérience et de se rendre à leurs sentiments pour se laisser posséder par la grandeur de leur être. Pour cette raison, même en donnant la même dose à tous, nous retrouvons des personnes qui ne laissent pas aller le contrôle pendant la nuit et ne peuvent pas se connecter, et d’autres qui font confiance et vivent la meilleure expérience de leur vie. Lorsque ce miracle se produit, la personne se demande inévitablement:

« Si pour une nuit de ma vie, j’ai confiance et j’ai vécu quelque chose comme ça, que se passerait-il si je vivais ma vie en faisant confiance? »

Le fait de prendre conscience que le plus grand médicament n’était pas dans l’Ayahuasca, mais dans l’attitude, laisse une empreinte. Maintenant, la personne comprend que la confiance n’est pas un moyen pour une fin, mais qu’elle est une fin en soi. Un cadeau authentique de grande valeur intrinsèque dont personne ne nous prive pas, si ce n’est nous même. La confiance est «L’expérience», le lien le plus profond qui puisse être établi avec la vie, le véritable canal par lequel les torrents d’amour et de compréhension s’écoulent.

Parfois, ce sont les attentes qui bloquent l’expérience. Dans ce cas, il faut vivre une déception précédente à propos de ce que l’on attendait, pour pouvoir être surpris la deuxième nuit par la majesté de ce qui est au-delà de ce que l’on pouvait imaginer. Celui qui a des attentes est en train d’espérer quelque chose, et espérer c’est lutter, et à l’opposé se trouve l’acte de faire confiance. Espérer c’est supposer, prétendre d’une façon arrogante que je sais ce qui doit arriver; et être en fait fermé, en clamant nos caprices et nos faux vœux, ce qui ne nous permet pas de nous ouvrir avec humilité pour recevoir ce dont nous avons besoin et que nous souhaitons au tout au fond de nous.

-GRATITUDE: lorsque la confiance se développe dans la vie, on commence à percevoir que tout ce qui nous vient est un médicament que l’on peut intégrer si l’on s’ouvre. Une personne qui prend de l’Ayahuasca et vomit, est entrain de se purger, par contre, il se peut que la personne pense que ce vomi provient du fait qu’il a été empoisonné. Pourquoi pas? Cependant, sa confiance l’amène à ne pas faire face à cette pensée, et cette non-lutte est ce qui lui permet de passer par ce processus de libération qui conduit à la guérison.

Ce vomissement émotionnel laisse également une marque. Ce sera quelque chose dont on se rappellera lorsque la vie nous apportera des nausées lors des moments difficiles à comprendre et à traverser. Ensuite, même au travers de l’incompréhension, nous allons nous ouvrir pour recevoir un enseignement de ce grand maître qu’est l’existence, et cette nausée, cette confusion, vont faire bouger les fondements de nos croyances, et ainsi notre sagesse intérieure émergera avec force.

-SENS DE L’HUMOUR : La transcendance apporte avec elle une perte du sens de la gravité, quelque chose qui ressemble au sentiment que la mort est une assurance vie et que l’absurde est rempli à la fois de folie et de manque de sens. Une folie qui guérit tout et qui nous fait entrer dans le rôle et le jeu avec facilité, en riant de l’énorme plaisanterie que l’on sent qui est derrière de nombreuses choses. Alors cela devient impossible de ne pas éclater de rire devant d’un tel spectacle.

La médecine du crapaud Bufo Alvarius que nous proposons également dans nos retraites, rend possible l’expérience du sommet d’une unité totale où la mort n’existe pas et où tout est plénitude. Cette expérience vous donne une certitude fertile qui est celle qui déclenche le rire de la nouvelle humeur. Ce rire émancipé de toutes formes de pré-occupation aide beaucoup de gens à se détacher des contraintes de leur réalité et à dé-configurer les canons retranchés dans leur vie.

-CRÉATIVITÉ: non seulement l’originalité artistique est réveillée (une conséquence du retour à l’origine de ce que nous sommes), mais toute la vie devient un défi créatif et magnifique. Nous devenons des artistes de la plus haute pureté dont les œuvres sont nos vies.

-TRANSCENDANCE: Transcender c’est tracer un pont entre le petit esprit qui ne comprend pas et la conscience omniprésente qui embrasse tout dans sa compréhension. Par contre résoudre, c’est construire des tentatives et des luttes dans le petit esprit pour trouver la solution à un problème que la personne elle-même a créé. Les gens qui font un processus d’évolution intérieure commencent à transcender, se libérant ainsi de la frustration qui produit la résolution et la réparation constante d’une image personnelle, qui n’est rien d’autre que le masque d’un personnage créé pour se défendre contre la vie et les autres.

Tous ces changements sont les fruits d’un processus d’évolution intérieure qui se réveille lorsque nous entrons en contact avec notre être le plus profond, et tout commence alors à se transformer. C’est ainsi que se produit l’effondrement des murs et des accessoires asphyxiants du théâtre, pour donner lieu à un espace incommensurable où nous pouvons naviguer en paix.

Si vous pensez que vous êtes dans l’un des moments les plus difficiles de votre vie, notre expérience nous dit que c’est le moment idéal pour vous lancer, car quand les émotions sont en plein essor, le processus de connexion avec soi-même est plus facile. Lorsque la peur est dépassée, il est temps de sauter par dessus cette fausse idée qu’a notre esprit sur le sentiment d’insécurité quant à l’expérience à vivre. C’est alors le bon moment de se redonner le goût du vertige de la liberté d’être courageux et de s’aventurer vers son cœur.

Il est alors temps de sortir de la folie des limbes qui entourent la prise de décision, entre «oui» ou «non», où il se passe toujours la même chose et où nous faiblissons jusqu’à l’épuisement en cherchant des arguments pour et contre. Il est alors temps de nous abandonner à la mer rafraîchissante de notre immensité, où nous serons libérés de la souffrance de la douleur.

Tous ces changements se produisent chez les personnes qui participent activement à leur processus de guérison et entrent en complicité avec tout ce qu’ils comprennent pendant cette période. L’attitude de réceptivité et d’obéissance à sa propre conscience, est ce qui rend vraiment florissante toutes ces capacités, car ce qui est activé est le maître intérieur. Le changement vient de l’intérieur et produit un tremblement de terre existentiel où l’enthousiasme et la motivation émergent dans le scintillement des yeux d’un regard d’émerveillement.

Si vous avez des questions sur ce qui vous arrive et que vous voulez savoir comment nous pourrions vous aider à vous soigner, écrivez un courrier électronique à:

psychology@innermastery.es

Sergio Sanz Navarro

-Facilitateur et intégrateur de processus dans des états élargis de conscience

-Psychologue clinicien

-Professeur de l’école européenne Ayahuasquera

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page