QU’Y A-T-IL DANS UNE DOSE D’AYAHUASCA ? Le mystère contenu dans une infusion de plantes de la jungle.

DROGUE PSYCHOACTIVE, ESSENCE D’UNE PLANTE, ENTHEOGENE, PURGATIF, INTELLIGENCE EXTRATERRESTRE OU REMEDE NATUREL CHAMANIQUE ?

Dans quelques grammes de ce mélange végétale d’Amazonie il y a un contenu si complexe et puissant, que trouver une définition est pour beaucoup un sujet de discussion.

Il y a beaucoup de personnes qui pensent que l’Ayahuasca est une « drogue ». 100% des personnes que nous avons interviewées qui participent à nos retraites et qui l’ont essayé le nient catégoriquement de par leur propre expérience, surtout ceux qui ont essayé toutes sortes de drogues assurent que ça n’a rien à voir avec une substance addictive ; et ceux qui insistent pour la nommer « drogue » sont ceux qui ne l’on pas encore essayé. Les données objectives avec lesquelles nous pouvons compter prouvent scientifiquement que ce ne l’est pas, ni par ses composants, ni par le fait qu’elle ne figure pas sur la liste internationale de drogues qui nuisent la santé publique. Par définition « drogue » est quelque chose qui ne peut pas être arrêté, qui produit une dépendance, qui endommage l’organisme, et qui provoque des hallucinations.

L’Ayahuasca n’engendre pas de tolérance, avec une drogue tu es obligé d’en consommer de plus en plus, cependant avec l’Ayahuasca tu vas en prendre de moins en moins, jusqu’au jour que tu arrêtes, et c’est une décision qui se prend tout naturellement, car la sensibilité et la connexion avec le corps, la vie et soi-même augmente.

L’Ayahuasca ne provoque pas d’hallucinations (images illusoires ou distorsion de la vision), mais des visions lucides liées à la propre vie et au passé de la personne qui la prend, la régression spontanée et naturelle activée par l’Ayahuasca permet de clarifier des évènements passés qui n’ont pas été bien compris. D’autre part, l’Ayahuasca, contrairement à tout autre drogue ne produit aucun état d’exaltation mentale, mais active un processus de purge naturel qui est souvent perçu comme désagréable et même douloureux car le corps se débarrasse des toxines par des vomissements et diarrhées. Une fois que le corps est purifié il atteint un état de pleine conscience qui dure quelques minutes et qui permet d’arriver à d’importantes compréhensions sur la vie, l’existence et les raisons des problèmes ou maladies des êtres humains.

Selon les récits d’anciens toxicomanes guéris avec le traitement de l’Ayahuasca, une drogue t’évade de la réalité et te permet de fuir ce que tu ne veux pas ressentir, tandis que l’Ayahuasca te permet d’y faire face et de ressentir toutes ces émotions qui étaient réprimées en toi peut être par crainte de ressentir ou de découvrir des aspects sombres ou négatifs de toi-même ; mais cette expérience de découverte d’émotions produit une grande compréhension, elle permet de t’y plonger en pleine conscience et avec le cœur ouvert. Parfois ce que nous fuyons ne sont pas des émotions mais des événements du passé que nous n’avons pas pu comprendre à cette époque par le niveau de conscience que nous avions et que maintenant avec cette expérience de lucidité nous pouvons revoir, accepter, pardonner et intégrer à notre vie à partir de cette nouvelle perspective.

Non seulement l’Ayahuasca n’est pas une drogue mais elle est anti-addictive car elle est utilisée pour comprendre et guérir de nombreuses dépendances à de « vraies drogues » en allant à l’origine du problème. Elle n’a pas non plus un effet envahissant comme les drogues que tu prends et qui ont un effet immédiat, il s’agit d’un remède chamanique naturel qui agit comme un être vivant d’une grande intelligence en respectant le processus d’intégration interne de chacun et ne force jamais ni ne montre rien que tu n’es pas prêt à voir.

De nombreux participants nous demandent : si je prends de l’Ayahuasca, serai-je en mesure de travailler le lendemain ? Notre réponse est : Oui, parce que l’Ayahuasca ne laisse pas de gueule de bois, elle te laisse dans un état de clarté et bien-être tout en te rechargeant énergiquement. Beaucoup d’étudiants nous demandent s’ils peuvent prendre de l’Ayahuasca et ensuite étudier la semaine suivante, nous répondons aussi : Oui, et eux-mêmes le vérifient car ils nous disent quelques jours après qu’ils ont des améliorations de mémoire (ce qui confirme la théorie selon laquelle de nombreux souvenirs ne sont pas conservés, non par manque de mémoire mais par manque d’attention, car elle est en proie à des soucis et pensées qui interfèrent, ces pensées disparaissent lorsque l’on accède au cœur du problème).

Après plus de 20 années d’études dans plusieurs pays nous disposons d’information qui nous permet d’expliquer à beaucoup de monde ce qu’il y a dans l’ayahuasca, ce qu’elle produit dans le corps ainsi que ses effets bénéfiques.

Le gouvernement brésilien a décidé de légaliser l’usage de l’Ayahuasca dans des environnements sécurisés et contrôlés, car deux études ont été réalisées sur plusieurs années en faisant le suivi du comportement, de l’interaction sociale et de l’état de santé d’un groupe important de consommateurs d’Ayahuasca ; ces études ont démontré que la population qui consomme de l’Ayahuasca est en meilleur santé que la moyenne de la population et qu’il y a un pourcentage significativement plus faible de comportements addictifs et agressifs.

A la clinique Sant Pau de Barcelone il y a plus de 15 ans qu’ils réalisent des études médicales et psychiatriques et qui ont conclu que l’Ayahausca est une substance sûre et naturelle qui ne nuit pas à la santé.
Mon opinion personnelle après en avoir pris à de nombreuses reprises et avoir vu les réactions générées sur des milliers de personnes, c’est que l’Ayahuasca est une énergie naturelle qui a la qualité essentielle de purifier le corps, éclaircir l’esprit, débloquer les émotions, éveiller la conscience et renouer avec la spiritualité.Si nous demandons : qu’est-ce que l’Ayahuasca ? aux différentes personnes qui l’ont utilisé ou étudié, leurs réponses seraient très différentes. Un scientifique pourrait dire que c’est un composant qui active un processus biochimique sur le corps. Un psychologue pourrait la définir comme un breuvage psycho-thérapeutique ; un journaliste pourrait peut-être dire qu’il s’agit d’un nouveau hallucinogène ; un mystique confirmerait que c’est une voie de réalisation spirituelle ; un poète dirait que c’est l’énergie de guérison offerte par la nature pour vaincre des obstacles transcendants ; un maître spirituel le définirait comme un mouvement de la conscience ; un chaman assurerait qu’il s’agit de son âme et de celle de la jungle ; un patient en phase terminale qui a guérit certifierait que c’est le médicament le plus puissant au monde ; un anthropologue assurerait qu’elle est créatrice de culture et traditions ancestrales ; un religieux la définirait comme un guide spirituel ou un sacrement ; beaucoup de personnes de la nouvelle ère diraient que ce sont des intelligences extraterrestres… mais si nous posons la question à des personnes neutres qui ne l’ont pas testé ou étudié, c’est-à-dire ignorant de première main de quoi il s’agit, ils pourraient dire que c’est une drogue.

Etant donné que les êtres humains nous sommes comme une sauce biochimique avec la possibilité de vivre une quantité infinie de phénomènes et de réactions chimiques, avec la présence d’une telle énergie si pure et puissante, une réaction catalytique se déchaîne et produit des transformations très profondes tant à un niveau corporel comme à un niveau psycho-émotionnel.

Les êtres humains nous sommes une graine de l’infini. L’Ayahuasca est une goutte d’eau qui fait germer le plein potentiel de notre essence ; qui élargit notre conscience afin que nous puissions voir amoureusement, avec bienveillance les limites que nous avons pour pouvoir les accepter avec amour ou les surmonter si possible.
Nous savons qu’aucune étude statistique ni scientifique va supprimer l’entêtement de ceux qui veulent continuer à penser que c’est une drogue, mais la plupart des personnes qui le pense c’est parce qu’ils ne l’ont pas encore expérimenté et sous cette ignorance transitoire ils ont le droit de poser des questions, de se renseigner pour pouvoir décider si vivre l’expérience ou pas, la choisir comme outil de guérison ou de connaissance de soi.Lors de nos retraites d’évolution intérieure avec l’utilisation psycho-thérapeutique de l’Ayahuasca nous demandons aux participants leurs définitions sur l’expérience avec l’Ayahuasca et elles sont toutes aussi variées et différentes que le nombre de personnes qui en font l’expérience. Il semble que cela ne se manifeste jamais de la même manière d’une personne à l’autre et même si la même personne compte différentes expériences, elles ne se répètent jamais, mais il y a des points en commun à toutes les expériences que nous sommes en train d’informatisés pour fournir les avis de milliers de personnes qui ont vécu l’expérience avec l’Ayahuasca et qui coïncident sur certains points vitaux, de manière résumée et systématique.

Il y a tant de monde qui, après avoir vu un ami ou parent qui a pris de l’Ayahuasca, ont pu constater des changements si remarquables et favorables dans leur vie qu’ils viennent à nous pour vivre l’expérience. Ils admettent que quelque chose de très important est arrivé à ces personnes qu’ils connaissent pour qu’une telle transformation ait lieu.

Le mystère qui se cache dans l’Ayahuasca est si grand qu’il faudra peut-être de nombreuses années pour arriver à déterminer le pouvoir et les applications de ses ingrédients actifs. Peut-être un jour la communauté scientifique l’appellera MÉDICAMENT en grandes lettres, mais pour l’instant on préfère l’appeler infusion chamanique, ou potion dépurative. En fin de comptes ça n’a pas d’importance de la définir ou la classer pour ceux qui savent déjà qu’il s’agit d’un véritable don de notre terre mère pour la guérison des êtres humains.

En ce qui me concerne, je suis reconnaissant d’avoir passé 14 mois en prison accusé d’utiliser une nouvelle drogue (l’ayahuasca), parce que pendant ce temps, le gouvernement espagnol a découvert après avoir fait 3 analyses dans différents laboratoires que l’ayahuasca saisie chez moi n’était ni une drogue ni contenait aucune drogue ou substance nuisible pour la santé.

Pour ceux qui veulent avoir des analyses ou de textes de loi qui le prouvent, nous pouvons vous envoyer plus d’information. legal@innermastery.es

Alberto José Varela et Sergio Sanz Navarro
Fondateur d’Ayahuasca Internacional et Psychologue, psychothérapeute.

 

Calendrier de toutes nos retraites et information complète:

http://www.albertojosevarela.com/en/lp/francais/

 

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page