RED BULL ET AYAHUASCA. L’illusion d’avoir des ailes pour voler. (1ère partie)

L’ILLUSION DE VOLER SANS MÊME ÊTRE LIBRE.

La fausse prise de pouvoir de ceux qui s’empressent de voler.

Beaucoup d’entre nous traversent le méridien qui sépare l’illusion de soi de la véritable transformation et à ce moment, et avant que cette dernière ligne ou limite ne soit franchie, des mécanismes dévastateurs apparaissent qui peuvent nous empêcher de faire ce dernier pas. L’un de ces mécanismes que j’ai observés chez de nombreuses personnes est qu’elles croient qu’elles sont prêtes à voler, bien qu’il leur manque encore quelque chose.

« J’ai besoin de pouvoir, je veux avoir plus d’intensité, je veux atteindre les sommets, je veux être le patron de ma vie, personne ne va me dire ce que je dois faire… » puis je bois quelque chose qui me donne un pseudo pouvoir pour faire ce que je ne peux pas vraiment faire, c’est pourquoi j’ai besoin de force supplémentaire, je dois pousser, je dois prendre ma place, je dois me placer avec tout, sentir que je peux… et surtout avoir une excuse pour m’échapper du moment où je dois traverser.

J’ai nommé  » Le SYNDROME DE LA PRISE DE POUVOIR RED BULL « , le phénomène vécu par beaucoup de gens qui sont en train de sortir de leur fausse habilitation et qui sont si presser de voler qu’ils oublient de se rendre. Comme s’il était possible de voler sans s’abandonner à quelque chose ou à quelqu’un ; ou plutôt, ils préfèrent s’abandonner à l’illusion de se sentir libres sans avoir ouvert leur cœur à l’amour.

Si quelqu’un dit « Je peux voler de mes propres ailes » Qui dit qu’il peut déjà voler ?

Croire que l’on peut voler ne sera-t-il pas une façon inconsciente de se jeter de la falaise ? Les personnes qui n’ont pas encore franchi la frontière de l’éveil utilisent de multiples façons de s’écraser encore et encore au le sol afin de continuer à fuir l’abandon et la guérison qui en résulte.

Pour l’ego, il est impossible de descendre de l’âne. Il ne veut jamais obéir mais seulement donner des ordres. C’est le faux pouvoir, la croyance que MOI DEJA…je sais ; que je DEJA…je peux ; que je DEJA…je suis prêt. Ce syndrome du « MOI DEJA » a été très bien décrit par le psychologue Sergio Sanz dans l’École Consciente.  Sergio est un être extraordinaire, avec un niveau de compréhension extraordinaire et une capacité spéciale à mettre les mots sur les réalités que nous vivons.

NOUS ALLONS NOUS PENCHER SUR L’EFFET RED BULL DE LA PRISE DE POUVOIR.

Ayahuasca, yoga, méditation…. autant de techniques puissantes et de plantes maîtresses qui sont utilisées par les gens qui ont besoin d’acquérir une plus grande puissance avant les autres, pour atteindre une fermeté pour continuer à monter et ils finissent par croire qu’ils y parviennent quand dans les profondeurs, ils ne sont pas encore arrivés au break intérieur qui garantit le saut de l’humilité dans le précipice.  

Les médecines ancestrales, les méthodes, les maîtres nous donnent des ailes pour voler, mais nous pouvons faire un saut suicidaire.    Ouvrir les ailes pour voler sans même être libre nous permet de nous déconnecter temporairement de la réalité, même si nous ne savons pas encore voler.  Parfois, l’anxiété de voler est si forte qu’elle surmonte le besoin interne d’obéir sans condition avant de sauter.   Quand nous nous jetons sans être passé par cet abandon indispensable, nous pouvons atteindre une certaine hauteur, à partir du sommet de l’illusion de soi, on peut apprécier l’enfer qui nous serons emmener à vivre jusqu’à revenir au même point où nous avons avorté le processus, car nous ne sommes pas encore libres.

Ouvrir ses ailes pour voler sans être libre est une sorte de suicide, un avortement du processus de renaissance, un raccourci pour échapper à la transformation imminente.

Comment pouvons-nous nous libérer de la croyance que nous pouvons voler ? comment pouvons-nous nous rendre compte que nous pouvons vraiment voler par nous-mêmes ?

Il y a une vingtaine d’années, un jeune homme a bu une médecine entéhogène et/ou une drogue alors qu’il était à Ibiza, il semble avoir vu qu’il pouvait voler, qu’il était près d’un précipice et s’est jeté dans le vide depuis fantaisie qu’il voyait, et est tombé sur les pierres en bas et est mort.   Un psychiatre m’en a parlé et était là à ce moment-là avec le groupe de personnes qui ont partagé l’expérience.  

Cela se produit de manière représentative à bien des égards chez les personnes qui cherchent l’expérience de l’unité, qui ont besoin de se sentir plus élevées qu’elles ne le sont réellement, et lorsqu’un ego blessé, blessé et plein de ressentiment acquiert la conviction qu’il peut, il y a une inflammation des faux pouvoirs et cela peut vous conduire à prendre des décisions qui ne sont ni physiquement ni énergétiquement durables.

UNE APPROCHE ET UNE QUESTION QUI NOUS AMÈNENT À NOUS RÉSIGNER.

Ruben a écrit : « Dans mon ignorance et de mon état de sommeil, je ne comprends pas comment quelqu’un qui s’éveille remet sa responsabilité et d’une certaine façon son pouvoir à un autre, qu’il soit enseignant, père, patron… ma question est, est-il possible de s’éveiller du tout ? »

REPONSE : Ruben, tu n’es pas endormi, celui qui demande est celui qui ne veut pas se réveiller ou comprendre quoi que ce soit. Si quelqu’un vous a fait croire qu’il s’est réveillé et ne s’est toujours pas rendu, alors cet être supposé éveillé doit argumenter, justifier et expliquer pour qu’ils le croient. La vérité n’a pas besoin d’être démontrée ou même dite.

Vous le réalisez parce que vous récupérez votre sagesse. Il n’y a aucune possibilité que quelqu’un vous vole votre vrai pouvoir, à moins qu’il ne vous ait volé votre faux pouvoir, alors ils ne vous ont rien volé, mais ils vous ont dépouillé d’une des limitations qui vous empêchent de voler en liberté. Mais celui qui dort ne peut pas le voir de cette façon, mais le perçoit comme une menace et une soumission lorsque le message d’abandon arrive. L’argument utilisé par la résistance est « ils veulent me manipuler », puis ils ont été

DISCIPLES DE RIEN OU DE PERSONNE.

« Lorsque vous vous abandonnez, vous n’abandonnez pas votre responsabilité, mais vous abandonnez votre résistance à l’autre ; si vous vous abandonnez, ce sera la première fois que vous serez authentiquement responsable… de votre abandon. L’ACCOUCHEMENT EST LE PREMIER GRAND SIGNE D’ÉVEIL ».

Ce syndrome de la prise de pouvoir Red Bull représente une croyance de plus pour les personnages qui sont encore endormis mais qui sont sur le point de se réveiller. La croyance que vous pouvez voler sans même être libre est une ressource conservée par l’inconscient qui veut que vous échouiez dans la tentative d’atteindre le vrai pouvoir.

L’éveil complet est déjà une réalité intérieure de votre Etre. Il suffit de vous consacrer à vous donner à tout ce que vous pouvez, tout le reste viendra en plus, sans effort, sans conflit et sans avoir à fuir ou à s’échapper.

L’ABANDON ET LE DISCIPULAT SELON LES MAÎTRES :

Abandon de la part du disciple, responsabilité de la part du Maître, c’est-à-dire le pont. Et chaque fois que vous pourrez vous rendre, le Maître apparaîtra. Le Maître est ici. Les Maîtres ont toujours existé. Le monde n’a jamais manqué de Maîtres, il a toujours manqué de disciples. Mais aucun Maître ne peut commencer quoi que ce soit si l’on ne se rend pas. Donc, chaque fois que vous avez la possibilité de vous rendre, ne la gaspillez pas. Même si vous ne trouvez personne à qui vous donner, abandonnez-vous simplement à l’Existence. Mais chaque fois qu’une situation se présente dans laquelle vous pouvez vous rendre, ne la gaspillez pas car alors vous êtes à la frontière, vous êtes entre le rêve et l’Eveillé, abandonnez-vous simplement !

Si tu peux trouver quelqu’un à qui te donner, c’est parfait. Mais si vous ne pouvez trouver personne, abandonnez-vous à l’univers, et le Maître apparaîtra ; il viendra. Elle vient chaque fois qu’il y a reddition. Vous devenez vide, creux et les forces spirituelles se précipitent vers vous et vous remplissent.

Rappelez-vous alors que chaque fois que vous sentez que vous devez vous rendre, ne manquez pas l’occasion. Il se peut qu’elle ne revienne jamais, ou qu’elle ne revienne qu’après quelques siècles, et de nombreuses vies seront inutilement gâchées. Quand le moment sera venu, rendez-vous.

Donnez-vous au Divin, à n’importe quoi, même à un arbre, car ce qui compte, ce n’est pas à qui vous vous donnez, c’est que vous vous donniez. Donnez-vous à un arbre, et l’arbre deviendra votre Maître. Donnez-vous à une pierre, et la pierre deviendra Dieu. Ce qui compte, c’est la reddition. Et chaque fois qu’on se rend, on arrive toujours… C’est ce que signifie l’initiation. Osho.

Cette image représente le regard de la recherche de la liberté, est une âme divine qui inspire l’éveil, en plus d’être une lectrice de ce blog est une amie personnel, ce que je peux confirmer c’est qu’e regarder ces yeux vous aidera et vous inspirera à comprendre la puissance de l’authenticité et la stabilité de la profondeur pour accéder aux réalités contradictoires ou même confrontatrices qui vous font retourner au point droit de l’abandon. Merci Devi.

 

Alverto Varela

nosoy@albertojosevarela.com

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page