AVANT DE ME SUICIDER J’AI DÉCIDÉ DE PRENDRE DE L’AYAHUASCA. L’histoire vraie d’un homme qui ne trouvait pas de solutions à ses problèmes et avait atteint la limite…

« A LA RECHERCHE DE LA MORT J’AI TROUVE LA VIE »

 

C’était un 28 août, en 2014, lorsque cette heureuse expérience s’est mise sur mon chemin. Elle est arrivée dans ma vie sans crier gare alors que je ne la cherchais pas… Bien qu’elle soit arrivée à un moment crucial et même critique de ma vie, subjugué par la culpabilité et le rejet jusqu’à l’auto-destruction. Cela faisait plus de dix ans que « je jouais avec le suicide ». Et il était temps d’arrêter de jouer : « soit cette chose de l’Ayahuasca fait quelque chose, soit je passe à l’action et je me tue »… Eh bien, je suis ici en train d’écrire, il est donc évident que cette expérience m’a sauvé la vie. Ce que je vais raconter pourrait être utile à ceux qui à un moment donné, ne savent pas où aller ou que faire.

Un an et demi plus tard, en février de cette année (2016) je décide enfin de prêter attention à mon intuition et je retourne faire une retraite de Ayahuasca Internacional. Après cette retraite, je n’avais pas d’autre option que de m’offrir une troisième retraite pour continuer mon évolution. A ce stade j’étais en train de sentir très profondément ces changements en moi, donc avant de m’inscrire à l’École d’Ayahuasca, où les évolutions sont encore plus profondes, je devais m’assurer, d’une façon ou d’une autre, que tous ces changements n’étaient pas des salades.

Lors des trois premières Retraites, j’ai appris à me confronter, à m’attraper en flagrant délit et à me rendre à l’évidence, par exemple : si mon esprit fait une affirmation, immédiatement une question va confronter cette affirmation. Pour moi cela a été fascinant et l’est toujours. Car maintenant je remets en question ce qu’avant je considérais vrai et qui me pourrissait la vie.

Ces jours-ci,  j’ai réussi à comprendre beaucoup de mon passé en allant à l’origine, jusqu’à mes 8 ans, là où est né mon traumatisme. Je ne me suis pas seulement remémoré ce moment, mais plus encore. Tous les sentiments qui ont eu lieu à ce moment précis de ma vie se sont reproduits à nouveau, et c’est précisément à ce moment-là, pendant cette phase, que j’ai atteint la compréhension totale : « Je ne pouvais pas, je ne savais pas mieux faire que ce que j’avais fait à ce moment-là ».

Je suis également arrivé à une autre compréhension : « Si à une responsabilité on  ajoute tout l’Amour que l’on a, elle n’est plus une responsabilité et elle devient une satisfaction ».

Après les 3 Retraites de Développement Personnel j’ai commencé à suivre les cours en tant qu’élève à l’École Européenne d’Ayahausca. Je ne savais pas très bien pourquoi j’étais là, si ce n’est  pour approfondir ma guérison et avec mon évolution, cependant je commençais à sentir quelque chose que je ne comprenais pas : je me demandais à maintes reprises : que dois-je faire de ma vie ?

La réponse est arrivée soudain un jour, mais j’ai été très dur avec moi-même, comme si je ne méritais pas ce que j’avais vu, à savoir ce que je pouvais arriver à faire dans la vie. Cette idée négative était en train de m’assujettir. Alors je me suis souvenu des paroles du chanteur Darwin pour une situation pas identique, mais semblable. Il m’a dit : « David, relâche ! » Arrête de tourner en rond, ce soir tu comprendras. » Cela m’a largement rassuré, mais  pas assez. Dès que je suis arrivé à l’École ça a été la première chose que j’ai dite, et c’était quelque chose dont je n’avais pourtant pas envie de parler de mon plein gré, et notamment en public. J’avais encore ce sentiment d’arrogance qui maîtrisait mon esprit et comme par magie, le seul fait d’exprimer cela devant tout le monde a fait disparaître mon arrogance. Je suis passé de l’arrogance ou du rejet d’accepter ma non compréhension, et bien que je ne comprenne toujours pas trop, cela prend forme en moi, et cette forme est précieuse.

Que puis-je dire de l’École ?

Ce serait très facile de dire que les sujets abordés sont excellents, que les enseignants sont excellents. Attention, ils le sont… ils le sont vraiment. Mais l’École comprend nettement plus que des enseignants qui approfondissent certains sujets.

C’est un espace de guérison, mais pas pour que quelqu’un te guérisse mais pour que tu apprennes à te guérir toi-même.

C’est un espace d’ouverture, ouverture de ton cœur… une ouverture de ton Être.

C’est un espace de non jugement, le juge, le procureur, le policier, le geôlier et le condamné s’en vont définitivement.

C’est un espace de fraternité, où tu commences à percevoir beaucoup d’Êtres qui sont dans le même esprit que toi.

C’est un espace dans lequel il n’y a rien à gagner, ni rien à perdre non plus.

C’est un espace dans lequel sans « rien t’enseigner » tu apprends tout, et tu l’apprends par toi-même. La vie sait comment représenter une scène pour que tu apprennes de l’intérieur, de l’expérience.

C’est un lieu de réconciliation, avec ton Être, avec la Vie.

C’est un espace où l’erreur est permise, et où se tromper, faire une erreur permet aussi chaque fois un nouvel apprentissage.

C’est un espace plutôt pour se connaître, apprendre, plus qu’un espace pour la connaissance.

Et le mieux dans tout cela… c’est que tu l’amènes avec toi « dans ta vie réelle » laquelle se transformera toute seule sans effort… ou peut-être bien qu’il faudra s’efforcer. S’efforcer à ne pas forcer ! ha ha

Pour moi l’École est une lanterne qui m’aide à connaître les outils qui sont à la disposition de mon Être, et les participants de l’École, qu’ils soient étudiants ou enseignants, ne vont jamais devant toi mais à tes cotés.

C’est pourquoi je dis constamment :  «  Selon ce que l’on fait et la manière dont on le fait, on peut trouver les outils essentiels pour muter et passer de quelqu’un qui ne pensait qu’au suicide, à devenir un Être qui maintenant Aime sa vie, tout ce qui l’entoure et au-delà. Un Être qui est en train de commencer à être. Et c’est mon histoire. »

Un Être qui, sans savoir pratiquement rien du tout, peut dire : « Je suis Amour, je suis respiration, je suis vibration et mutation. Ainsi est l’Univers bien-aimé dont il fait partie ».

Un Être qui, en voulant expérimenter la Mort, A  LA RENCONTRÉ LA VIE EN LUI !!!

Un Être qui ne sachant pas où cela le mènera, ne sachant pas ce qui va se passer, ne sachant pas… SE PERMET D’ÊTRE.

Un Être qui remercie chaque Être qui a croisé sa route… tous et chacun d’entre eux ont été ses MENTORS.

Cet Être c’est MOI, oui, MOI. Ce moi n’est plus David Aguilar Pichardo… peut-être que pour la société je suis encore lui, mais je ne peux pas me leurrer. Ce tissage complexe de conditionnements, culpabilités, rejets et plus encore… étaient là, mais ne le sont plus. David est mort petit à petit… et n’est plus là.

Il ne me reste plus qu’à vous remercier du plus profond de mon Être.

Je vous embrasse très fort !!!

 

David Aguilar Pichardo (Andalousie)

Tournée de conférence d’information AYAHUASCA, BUFO ALAVARIUS ET PSYCHO-THÉRAPIE EN FRANCE

16 Janvier à Toulouse

http://www.albertojosevarela.com/en/lp/toulouse-conference/

17 Janvier à Bordeaux

http://www.albertojosevarela.com/en/lp/bordeaux-conference/

18 Janvier à Nantes

http://www.albertojosevarela.com/en/lp/nantes-conference/

19 Janvier à Paris

http://www.albertojosevarela.com/en/lp/paris-conference/

20 Janvier à Strabourg

http://www.albertojosevarela.com/en/lp/strasbourg-conference/

21 Janvier à Lyon

http://www.albertojosevarela.com/en/lp/lyon-conference/

22 Janvier à Marseille

23 Janvier à Montpellier

http://www.albertojosevarela.com/en/lp/montpellier-conference/

 

POUR PARTICIPER AUX ACTIVITÉS D’AYAHUASCA INTERNACIONAL : francophone@innermastery.es

Partager

4 réflexions sur “AVANT DE ME SUICIDER J’AI DÉCIDÉ DE PRENDRE DE L’AYAHUASCA. L’histoire vraie d’un homme qui ne trouvait pas de solutions à ses problèmes et avait atteint la limite…”

  1. Bonjour ,
    Je lis votre message ….mais bon je pense à me suicider ,car je l’ai déjà expérimenté plusieurs fois de plus j’ai eu plusieurs n d e je pense que l’enfer est ici bas …. Pas très envie de continuer ici …., je peux malheureusement rien apporter à mes contemporain .
    Je n’ai vraiement pas peur de la mort et je vais la provoquer d’ici peux ,plus envie d’aller plus loin …. Raphael

    1. Bonjour Raphael,
      Certains aspects de la vie sont très douloureux, si douloureux qu’ils prennent tout l’espace que l’on a pour vivre et cette souffrance devient un filtre qui teinte tout ce qui nous entoure.
      Je vous invite à voir cette douleur, qui est une partie de vous, pas votre être entier et qui fait naître en vous ce mal être. Et je vous offre tout mon soutien dans cette démarche. C’est ce que nous réalisons au sein de nos retraites, accompagner vers l’origine pour en prendre soin et permettre un nouveau départ.
      Car c’est une partie de vous qui doit mourir, seulement une partie de vous, qui n’est pas en accord avec qui vous êtes, qui ne vous ressemble pas, qui ne vous appartient pas.
      Voici mon email: francophone@innermastery.es

      Merci pour votre confiance et votre ouverture.
      Bien à vous,
      Aisha.

  2. Bonjour ,
    Je viens de lire votre expérience, je suis actuellement dans ce mode de fonctionnement suicidaire et après lecture de votre expérience je me lance lundi prochain à la découverte de l’hayahuasca.
    Merci pour votre témoignage.

    1. Bonjour Cédric,
      Nous sommes heureux que ce témoignage soit source d’inspiration pour vous.
      Si vous sentez le besoin de partager ce que vous vivez et d’être soutenu dans cela vous pouvez aussi nous écrire à francophone@innermastery.es où nous appeler +34 602 413 931 (Aisha).
      Une très belle journée à vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page