UNE INFORMATION QUI TRANSFORME LE CERVEAU, QUI LIBÈRE L’ESPRIT ET RÉVEILLE LA CONSCIENCE… Par l’accès direct à travers les narines d’une poudre naturelle extraite de plantes forestières.

ACCÈS RAPIDE, DIRECT ET PROFOND AU NOYAU MÊME DE L’INTELLIGENCE.

Il existe un point en nous où tout se trouve et d’où nous pouvons nous connecter à tout.

 

Tout ce qui accède au cerveau devient information, et cela devient à son tour l’origine de notre vie. A l’extérieur du cerveau il y a des données, des choses, des mouvements, mais à l’intérieur cela devient des informations actives qui peuvent produire des effets infinis sur le fonctionnement de notre chimie, à tel point que cela peut conduire à des comportements aussi lointains qu’inattendus, et rendre notre vie un paradis ou un enfer.

 

Tout ce qui est à l’extérieur est susceptible d’entrer et, dans le processus, devenir une information de qualité supérieure ou inférieure qui influencera notre intelligence essentielle.

Tout ce qui accède au cerveau devient information, et cela devient à son tour l’origine de notre vie. A l’extérieur du cerveau il y a des données, des choses, des mouvements, mais à l’intérieur cela devient des informations actives qui peuvent produire des effets infinis sur le fonctionnement de notre chimie, à tel point que cela peut conduire à des comportements aussi lointains qu’inattendus, et rendre notre vie un paradis ou un enfer.

Tout ce qui est à l’extérieur est susceptible d’entrer et, dans le processus, devenir une information de qualité supérieure ou inférieure qui influencera notre intelligence essentielle.

Une grande partie de la population mondiale est habituée à utiliser des drogues par les narines pour produire des effets immédiats pour aider à oublier la réalité, pour se distraire face à tant de problèmes en endormant le fonctionnement du cerveau de telle sorte que les pensées cessent de harceler, de blâmer, de demander et de déranger. Les drogues chimiques créent des informations de faible qualité, mais elles tentent de compenser la faible qualité de vie que nous portons.

Il est logique que les humains cherchent des moyens pour échapper à tant de complications ou pour atténuer de quelque manière que ce soit les symptômes qui nous tourmentent. Ce que la plupart des gens ne savent pas, c’est que, dans l’acte même d’essayer de s’éloigner de quelque chose, tout devient beaucoup plus compliqué. Quand une drogue de synthèse est sniffée, la capacité naturelle du cerveau à développer des solutions créatives est annulée; les portes de l’accès à la source de toutes les réponses se ferment, le lien profond avec l’origine des choses est annulé. Mais beaucoup de personnes le réalisent d’ores et déjà et renversent ces processus destructeurs pour les transformer en des processus constructifs.

J’ai essayé la cocaïne seulement une fois dans ma vie, et c’était plus que suffisant pour réaliser que j’étais anéanti et endormi. C’était il y a plus de 20 ans. Mais ensuite, pendant plus de 10 ans, on a mis une poudre dans mes narines complètement différente de ce que produit la cocaïne; C’est arrivé pendant que j’étais dans la jungle colombienne en train de faire des prises d’Ayahuasca. Cette expérience m’a permis d’avoir un lien avec une partie intime, profonde et inconnue de mon cerveau qui a changé ma vision, ma perception et ma façon de m’impliquer dans le monde et avec les autres. La première fois que j’en ai eu l’expérience, ce fut la femme du Taïta (chaman) chérubin, Mary qui me proposa de souffler ce médicament dans mon nez pour libérer mon esprit; elle l’avait dans une poche en cuir accroché à son cou comme un collier, elle l’ouvrit et j’ai vu que c’était une poudre brune, elle a dit que c’était du Yopo, puisque je ne l’avais jamais entendu, ce mot pour moi ne voulait rien dire, mais après qu’elle l’ait projeté dans mes narines, j’ai eu une expérience si spontanée et immédiate qui a marqué définitivement un avant et un après en ce qui concerne le fonctionnement de mon esprit et le pouvoir que je donnais à mes pensées. C’est à ce moment-là que j’ai commencé à réaliser que je ne suis pas mes pensées et qu’elles ne m’appartiennent pas. J’ai procédé à une qualification de mes pensées qui m’a permis de prendre de la distance avec elles afin que je puisse les observer sans qu’elles ne puissent me dominer ou me manipuler. J’ai commencé à voir les pensées comme des mouvements d’existence manifestés en moi. D’une manière ou d’une autre, j’éprouvais organiquement ce que j’avais appris par la méditation.

La connexion établie dans mon cerveau m’a conduit à un point noir, infini et éternel. Comme si ma propre conscience était entrée là. A partir de ce moment, je n’ai plus voulu me faire projeter de la poussière, peu importe qu’elle soit naturelle ou guérisseuse. Pour moi, c’était très dur, douloureux dans le sens où mon nez me brûlait terriblement. Mais je reconnais que je le ferais à nouveau, même si cette fois-là pour moi, c’était plus que suffisant.

C’était ce dont j’avais besoin pour commencer : une relation différente avec mon esprit et tout ce qu’il pense.

Depuis ce jour là, j’ai essayé beaucoup de médicaments anciens, mais au bout de tant d’années sont revenues dans mes mains ces «poudres magiques », non seulement le Yopo, mais aussi une incroyable variété de poudres extraites de diverses plantes qui ont des effets et intensités différentes. Maintenant, j’ai appris que le Yopo est le plus puissant de tous. C’est pourquoi j’ai décidé d’introduire dans l’organisation que je dirige, un nouvel atelier où différents types de poudres magiques sont progressivement testées jusqu’à ce que nous atteignions l’état que nous souhaitons en ce moment dans nos vies. Nous commençons avec les « rapés » colombiens ou équatoriens, nous continuons avec les Brésiliens doux et nous finissons avec les forts. Mais en les appliquant doucement et en prenant des espaces intermédiaires d’intégration.

Je remercie la chamane qui m’a projeté ce Yopo si fort à ce moment précis, il semble que c’était ce dont j’avais besoin. Mais je dois admettre qu’après avoir rencontré des milliers de personnes sur le chemin de la recherche intérieure, j’ai compris que les processus doivent être progressifs, petit à petit, afin de ne pas créer de résistances ou de produire une souffrance excessive et inutile. Notre méthode est donc très efficace dans le monde entier, car notre intérêt n’est pas de démontrer que nous pouvons prendre d’énormes quantités de médicaments chamaniques, mais que nous pouvons y accéder de manière douce et aimante et dans la mesure où notre corps-esprit peut l’assimiler. Il n’est pas nécessaire de prouver à qui que ce soit que nous sommes forts et que nous pouvons nous mettre quoi que ce soit sans pleurer. C’est tellement agréable de profiter du doux processus de connexion avec l’élémentaire de chaque médecine ancestrale qu’il n’est pas nécessaire de se forger un caractère fort qui a la capacité de supporter n’importe quoi. Chaque plante à son esprit et chaque esprit qui vient de la nature a une information sacrée qui nous ait amené à notre cerveau.

L’introduction de ces poudres pures de plantes de la jungle, qui ont la capacité de nettoyer, clarifier, montrer, activer et éveiller, produit précisément l’effet inverse aux drogues chimiques, car en éliminant les blocages, les peurs et les insécurités, crée un accès direct au « champ du point zéro » ou la source de toute la connexion, qui est située dans le cerveau. Le champ du point zéro, aussi appelé vide quantique ou mer de Dirac, est sans aucun doute l’objet de la science actuelle. Il semble que de l’étoile la plus éloignée aux plus petits corpuscules, comme l’électron et le quark, tous sont connectés à ce champ. Cette approche scientifique de la physique provient de la théorie des cordes.

Ceux qui ont de l’expérience de ces plantes et qui arrivent directement à ce champ du point zéro, peuvent assurer qu’il y a un point interne où tout est et où la totalité peut être accessible. Ceux qui en font l’expérience peuvent réaliser pour eux-mêmes que le noyau est vide, qu’il est pur, infini et éternel, qu’il ne peut jamais être fini ou rempli, et rien de ce qui est ne représente que ce que chaque être humain est, mais c’est un matériel disponible auquel nous pouvons accéder pour comprendre l’origine de toutes choses et surtout pour comprendre notre propre existence telle qu’elle nous a été accordée.

Lorsque ces poudres magiques ont accès à notre cerveau des informations de très haute qualité sont introduites, c’est la plus haute qualité que nous pouvons introduire. Quand elles sont hors de nous et avant que nous projetions ces poudres dans nos narines, ce ne sont que des plantes, des médicaments, des substances naturelles, mais en contact avec notre cerveau elles deviennent une intelligence pure et dépersonnalisées qui retrouve tout à coup sa capacité impeccable de tout voir, pour pouvoir faire face à tout. Tout ce que nous avons fui est réduit à presque rien quand l’imposante maîtrise de l’intelligence se manifeste.

Je pourrais dire que tant de choses me sont arrivées depuis que je respire cette poussière magique que l’on pourrait penser que j’étais avec des extra-terrestres, que mon cerveau était régénéré, ou que l’on m’a fait un lavage de cerveau, qu’il est entré en moi un esprit divin, que je me suis réveillé ou mille autres choses. Je ne pense même pas à ce qui m’est réellement arrivé, mais je vous assure que j’apprécie ça tous les jours de ma vie. Je peux seulement dire que je me sens extrêmement heureux de pouvoir partager ce service dans tous les pays où l’organisation que j’ai fondée est basée pour soutenir des millions de personnes qui veulent vraiment faire une réelle transformation dans leur vie.

Nous offrons des conseils médicaux, psychologiques et thérapeutiques. J’ai aussi fondé l’école où nous formons les animateurs qui projettent ces poudres magiques et vont dans plus de 20 pays pour offrir ces merveilleuses solutions naturelles que Mère Nature continue de fournir.

Merci Pachamama de te souvenir de nous et de de nous avoir rappelé ce que nous sommes, au-delà de tout ce que nous avions cru et créé dans la virtualité de notre esprit.

Alberto José Varela

nosoy@albertojosevarela.com          

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page