DÉTENDUE DANS L’IMPUISSANCE. S’ouvrir à la compréhension de l’amour

L’EXPÉRIENCE TRANSFORMATRICE DU SAUT DEPUIS LE FAUX AU VRAI POUVOIR.

Au moment où nous ne pouvons rien faire, nous sommes confrontés à la possibilité cachée d’un autre type de pouvoir….

L’amour est une puissance pure, mais pourquoi produit-il l’impuissance chez ceux qui tombent amoureux ? Cela semble contradictoire, mais c’est complémentaire. La puissance et l’impuissance sont les deux visages de l’amour. Pouvoir arriver à le comprendre cela peut être transformateur.

Le pouvoir authentique qui vient de l’amour est décodé sur le plan humain comme un faux pouvoir, car toute personne ne peut pas assumer l’expérience dévastatrice de l’amour, notre conditionnement n’est pas préparé pour le soutenir ; alors, sur le plan physique et émotionnel, il doit être adapté aux limitations afin de le manipuler et de l’alléger pour contrôler les situations qui se présentent face aux relations émotionnelles et/ou sexuelles.

L’amour que nous manipulons et vivons est une fausse copie de l’amour authentique. Il nous a été enseigné de cette manière et nous l’avons appris de cette manière, c’est pourquoi nous le tenons, même s’il ne produit pas le bonheur auquel nous aspirons, il nous sert. Nous devons maîtriser et contrôler afin d’avoir du pouvoir sur ceux que nous aimons ou qui ont du pouvoir sur nous.

Nous évitons l’amour de toutes les façons parce que nous savons que si nous aimons quelqu’un, nous nous sentirons totalement impuissants. C’est l’agonie de l’amour, la partie incompressible, et si nous n’allons pas au fond des choses, nous ne pouvons pas nous ouvrir et nous libérer pour l’expérience de l’amour authentique.

Dans l’AMOUR vous ne pouvez pas savoir ce que vous pouvez faire. C’est pourquoi nous nous sentons perdus. Nous voulons tout faire pour tout donner à l’amant, mais que pensez-vous que nous puissions faire ? RIEN. Si vous pensez que vous pouvez faire quelque chose c’est que vous n’êtes pas encore dans une vraie relation amoureuse. L’amour nous met dans un état d’impuissance, et dans cette impuissance est la beauté parce que dans cette impuissance est la possibilité d’abandon. Mais se rendre signifierait aussi couper et laisser vivant tout ce qui entoure une situation de faux amour.

Si vous aimez quelqu’un, vous vous sentirez impuissant ; si vous détestez quelqu’un, vous pouvez tout faire. Aimer quelqu’un, c’est être dans un état d’impuissance absolue car que peut-on faire… ? Les commander ? Les protéger ? Leur dire quoi faire ? Tenter de les acheter ? Les dominer ? Les remercier ? Les contrôler ? Tout ce que vous ferez sera absurde, insignifiant ou dénué de sens ; cela ne suffira jamais et ne résoudra jamais rien ; faire quelque chose quand il y a de l’amour ne vous donnera aucun pouvoir. Par conséquent, rien ne peut être fait quand il y a de l’amour, et quand on sent que rien ne peut être fait, on ressent cette impuissance bénie. Alors le phénomène de l’abandon commence à mûrir, parce que lorsque vous souhaitez tout faire et que vous sentez que rien ne peut être fait, ou que rien ne suffit, l’esprit s’effondre, et s’arrête soudainement. C’est dans cet état d’impuissance que la reddition peut avoir lieu. C’est un moment de vide. C’est pourquoi quand l’amour vient à nous, nous pouvons entrer dans une profonde transformation.

J’AI REÇU UNE QUESTION MAGISTRALE À CE SUJET :

Quelle est la différence entre ne rien faire dans l’amour, parce que tu te rends à l’impuissance qu’il produit, et ne rien pouvoir faire face à un faux amour, parce que tu es tombé dans la résignation ?

La première chose à clarifier est que le faux amour est l’amour en train de s’affiner pour devenir quelque chose de vrai. Tout comme le sex est une tentative de réaliser l’amour à travers le corps. Du point de vue psycho-émotionnel nous faisons aussi des tentatives plus ou moins ratées d’avoir des relations de faux amour, je veux dire avoir des sentiments affectifs à partir des identifications, mais qui ne deviennent pas de l’amour.

La différence entre l’amour et le faux amour est la même qu’entre l’impuissance et la résignation. Il s’agit d’une différence qualitative très importante. L’amour et l’impuissance sont les deux faces de la reddition.  Le faux amour et la résignation sont les deux faces de la résistance. L’abandon est un acte transcendant qui naît de la compréhension d’une conscience qui s’éveille ; tandis que la résistance est un acte de défense de l’établi qui naît de l’incompréhension d’une conscience encore endormie.

L’impuissance est un esclavage basé sur la limitation de ne pas pouvoir faire quelque chose, mais c’est aussi la liberté de renoncer consciemment à ce que l’on ne peut pas, en ayant confiance dans la perfection d’une certaine limite. Dans l’amour, tu t’abandonnes à l’impuissance pour arrêter de te battre, même si cela semble impossible ; mais dans le faux amour, tu te résignes à continuer à essayer, même si tu sais que ce n’est pas possible. La fausseté nous rend persistants ou obsédés. L’authenticité nous transforme en un état d’harmonie interne capable de transcender les limites extérieures.

La question que je me pose est la suivante : est-ce que je préfère vivre dans l’incertitude de l’amour ou dans la certitude du faux amour ? Qu’est-ce qui est mieux pour accepter la méfiance ou rejeter la confiance ?

L’impuissance est un abandon au fait que vous ne savez jamais ce qui va se passer, mais la résignation est une tromperie constante sur le fait que vous savez déjà ce qui ne va pas se passer.

Ne rien faire dans l’impuissance de l’amour est un non faire qui vient de la liberté, parce que la grandeur de l’amour est acceptée et reconnue ; face à cela, personne ne peut rien faire d’autre que de s’abandonner et de se laisser emporter. Mais ne rien faire dans la résignation du faux amour est un non faire qui vient de l’esclavage parce qu’il rejette et ne reconnaît pas la puissance du vrai amour.

Au fond du débat dans nos vies se trouve la possibilité d’accéder ou non au mystère par l’expérience de l’amour, une expérience qui ne peut être réprimée par la peur, qui ne peut être limitée par les croyances, ni être empêchée par le conditionnement.  Tomber amoureux, c’est être piégé dans l’attraction extérieure et intérieure vers un autre être humain et de l’âme. L’arrivée du phénomène extraordinaire de l’amour dans la vie d’un être humain l’introduit à trois expériences transcendantes : 

1. L’incertitude (ne pas savoir)

2. l’impuissance (ne pas pouvoir). 

3. non contrôle (ne pas être).  

C’est être dans le triangle de la transformation, où ce que nous pensions être disparaît, les plans que nous voulions réaliser s’évanouissent, et les modèles de vie connus dans lesquels nous avions engagé notre âme s’effondrent.

L’amour est une expérience déconseillée à ceux qui veulent tout savoir, qui cherchent à être quelqu’un, qui veulent posséder ou contrôler, parce qu’en ce qui les concerne, ils n’auront plus le temps ni la possibilité de se résigner. L’arrivée de l’amour met fin à la résistance et avec elle à la croyance que quelque chose peut être fait.

S’ouvrir à la venue de l’amour est la plus belle confrontation que nous puissions vivre dans cette vie, parce que cela nous fera passer par une impuissance si désagréable et en même temps si bénie.

L’IMPUISSANCE PEUT-ELLE SE TRANSFORMER EN AMOUR ? Non ! L’impuissance est déjà de l’amour sans que nous le réalisions. L’impuissance est un signe que vous êtes déjà devant l’expérience imminente de l’amour.

Alberto José Varela

nosoy@albertojosevarela.com

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page