LE NOUVEAU CONTINENT DE LA CONSCIENCE. J’appartiens à une famille spirituelle, globale et cosmopolite où ceux d’entre nous qui vivent ensemble s’aiment.

CESSER D’ÊTRE UNE NATIONALITÉ EST LE DÉBUT D’UNE RENAISSANCE. 

La transformation de notre vie commence lorsque nous nous dissocions de ce que nous croyons être.

La plupart des enfants nés dans le monde finissent par être patriotes, dépendants de la biographie du pays où ils sont nés. Quand nous grandissons et que notre conscience commence à s’éveiller, nous réalisons que nous sommes enfermés dans la prison de la défense de notre nationalité, comme si nous étions des robots programmés. De là surgit chez beaucoup de gens un rejet et parfois même une haine très particulière pour le pays où il est né, parce que c’est le lieu où nous avons été conditionnés et programmés pour être d’une certaine manière.

ARRÊTER D’ÊTRE ROUMAIN, est une proposition que je formulerai en Roumanie, mais c’est aussi un formidable défi qui peut faire évoluer de nombreuses personnes piégées dans les limites de leur identité.

Être cosmopolite, c’est considérer que n’importe quelle partie du monde est la même patrie. La patrie est un lien affectif avec le lieu où l’on est né. NOUS SOMMES NÉS DANS LE MONDE, je peux donc affirmer que cesser de croire que nous sommes une nationalité est un chemin d’ouverture inimaginable vers la mondialisation de la conscience et vers l’intégration dans l’espèce humaine, cessant d’être de nombreuses races pour devenir une seule espèce, de nombreuses nationalités pour nous reconnaître sans limites, de nombreuses religions pour être unies dans la même spiritualité.

Cesser de croire que nous sommes une seule nationalité est un chemin inimaginable vers la mondialisation de la conscience et vers l’intégration dans l’espèce humaine, cesser d’être plusieurs races pour devenir une seule espèce, cesser d’être de plusieurs nationalités pour nous reconnaître sans limites.

Lorsque nous nous accrochons involontairement à une nationalité, nous cessons d’être humains et devenons les soldats, les guerriers et les ennemis de millions de personnes d’une autre nationalité, comme si nous étions devenus des sous-hommes prêts à la guerre et à rejeter ceux qui ne sont pas comme nous.

Je suis né en Argentine il y a 59 ans, je vis en Espagne depuis plus de 20 ans, j’ai visité plus de 40 pays en donnant des conférences et en animant des ateliers et des retraites, je dirige une équipe de personnes qui rejoignent ce nouveau continent de la conscience ; il n’est pas quelque part, mais rassemble des personnes de toutes les parties du monde. Nous utilisons le langage de l’amour, nous parlons la langue de la compassion. Une façon de communiquer dans une perspective de compassion et de compréhension qui nous aide grandement à surmonter nos limites.

J’écris cet article après un long processus au cours duquel j’ai cessé d’être un Argentin. Cela a été une tâche très ardue et difficile pour moi, parce qu’être Argentin, c’est comme avoir un métier, le titre n’est pas accroché à un mur, mais gravé dans l’esprit et le cœur, comme si on étudiait pendant deux décennies (au moins) pour apprendre tout le nécessaire et se conditionner à une histoire, pris dans une façon de penser, de réagir.

Le fait de m’être dépersonnalisé de ma nationalité a été l’une des plus grandes avancées évolutionnistes que j’ai pu vivre de toute ma vie. Cesser d’être une nationalité, c’est abandonner l’une des identifications les plus profondes que nous ayons enracinées, cela ne signifie pas abandonner notre pays d’origine, ni le haïr, ni cesser de ressentir de l’amour pour notre pays, mais nous désidentifier des attaches socioculturelles, morales et traditionnelles qui font que nous pouvons être libres et participer à un mode de vie cosmopolite, sans devoir défendre ou attaquer aucune nationalité, mais n’appartenant à personne.

C’est pourquoi j’ai décidé de créer un nouveau continent à partir de l’amour, je l’appelle le continent de la conscience. N’importe qui peut y vivre sans passeport ; faire partie de ce continent sans limites ni identifications ouvre la porte à des amis de toutes nationalités, langues et cultures, car ils ne sont plus une barrière qui nous sépare. C’est pourquoi, dans nos 11 maisons à travers le monde, nous avons créé des communautés de coexistence de personnes de nombreux pays, pour guérir ce qui nous sépare et préparer le chemin de la réconciliation.

Lorsqu’une personne se débarrasse des schémas traînés par les liens familiaux et cesse d’être fidèle aux instructions dépassées mises en place par les enseignants, les religieux, les politiciens et les grands-parents, une porte s’ouvre à l’internationalisation de l’intelligence, qui ne pense plus en termes de nationalité mais d’être humain, sans plus, sans drapeau à porter ; parce que chaque fois qu’un insigne national est levé, les conditions sont créées pour des luttes et des guerres qui nous isolent et nous enferment dans la pauvreté de l’identification ; une limitation mentale qui nous empêche d’élargir notre conscience et d’être en harmonie avec les autres.

L’intelligence roumaine particulière (dont je vais parler) peut nous aider à comprendre cette proposition originale que je vais faire dans un atelier de l’École Consciente que je vais offrir le vendredi 6 décembre 2019, où je traiterai des différents problèmes et limitations qui affectent la vie personnelle en étant identifié à la nationalité ; et comment sortir de cette prison, non pas de Roumanie, mais de l’attache à son être, non parce que rien ne va, mais simplement parce que cela limite et castre le potentiel de l’individu.

Etant donné que je dirige une organisation internationale présente sur les 5 continents, et qui contient des collaborateurs de dizaines de pays, je peux vous assurer que l’une des clés de notre entreprise est d’avoir transcendé les frontières de nos nationalités pour pouvoir nous considérer comme des humains de la même planète, comme une famille spirituelle qui ne prête pas attention à ces détails géopolitiques mais à l’essence de l’amour que nous avons tous, peu importe où nous sommes nés.

La conscience n’a pas de frontières, donc chaque limite que nous créons ou que nous soutenons empêchera de nous connecter avec la conscience cosmique.

L’éveil de la conscience est lié à une transformation individuelle, et dans tout processus de transformation personnelle, que ce soit dans notre vie ou dans des situations profondes, il est vital tout d’abord de réaliser que nous ne sommes pas ce que nous pensions être, et ensuite de reconnaître que nous sommes un mystère dont le potentiel est illimité. C’est le travail que nous proposons essentiellement à partir de notre méthode d’évolution intérieure. L’équipe internationale que nous avons visitée en Roumanie en décembre est née en Roumanie, en Argentine, au Salvador, en Colombie, en Espagne, en Italie et en Uruguay, mais nous venons du même continent, la conscience.

 

Alberto Varela 

nosoy@albertojosevarela.com

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page