LE SECRET DE LA LIBÉRATION RÉSIDE DANS LE SIMPLE FAIT DE SE DÉFAIRE D’UNE SEULE CROYANCE. La compréhension de ce concept peut réveiller ta conscience.

QUELLE EST CETTE CROYANCE DONT DÉPEND LA SOUFFRANCE ET TOUS LES TYPES D’ADDICTION ?

Cette question se base sur celle d’une lectrice du blog, et je vais à travers elle aprofondir un thème qui nous affecte tous.

Cher Alberto, je me permettrai de vous poser quelques questions afin de voir si vous pouvez m’éclairer sur certains doutes. Les identifications sont elles la cause de la souffance ?

D’après ce que je comprends, nous n’avons pas besoin de nous identifier à quoique ce soit, ainsi, nous atteindrons la paix; parce que devant n’importe quelle chose à laquelle je me suis identifiée, et qui me fait me sentir mal, je disparaîtrais. Qu’est-ce qui m’arriverait si je me désidentifiais aussi de ce qui me fait me sentir bien ? Alors je ne suis rien ! Si ce qui est ressenti n’est qu’un personnage, alors : quel sens ont donc les émotions sur cette Terre ? A quoi servent-elles ? Sont-elles là pour que nous les ressentions sans nous identifier à elles ? Pouvons-nous choisir notre ressenti ? Merci, après t’avoir écrit, quelques réponses m’arrivent déjà.

Je t’embrasse, Isabel Carvoeiro Maíllo

LA RÉPONSE : Dès que j’ai reçu le mail de Isabel, je lui ai demandé la permission de de publier sa question, parce que je savais que le moment était venu d’entrer dans le SUJET CLÉ concernant l’éveil de conscience. Le problème ou la limitation dont je vais parler appartient à beaucoup de monde, mais peu sont ceux prêts à l’entendre.

L’IDENTIFICATION

Les identifications ne sont pas les causes de nos souffrances, elles sont le résultat de quelque chose de bien plus profond, elles existent parce qu’il y a eu un processus de lutte dans le mental, orchestré par les pensées. Pour que les pensées existent, il est nécessaire qu’il y ait eu d’abord des stimuli externes qui les ont provoqués, que ce soient des actions, des voix, des regards, des gestes. Chaque chose qui se produit autour d’un nouveau né, depuis le moment de sa conception jusqu’à ses 3-5 ans, constitue le matériel qui va être introduit à travers le système de perception qu’il a, par le fait que nous avons une conscience et que nous sommes innocents. Ces deux facteurs forment le début de la tragédie humaine. Nous ne possédons pas de filtres nous permettant d’éviter à certaines conclusions de s’introduire en nous. Nous sommes exposés, vulnérables, parce que NOUS CROYONS ÊTRE TOUT CE QUI PROVIENT DE L’EXTÉRIEUR. C’est l’INNOCENCE. Le mental en charge de récolter les conclusions, de le mettre en ordre, en classification et de les intégrer en une seule idée, représente l’origine de nos souffrances. Cette idée originale que nous avons de nous même est la graine de notre identité, et de même l’idée élaborée qui se transforme en une CROYANCE ORIGINALE, a elle même en germe, la possibilité de croître et de donner du fruit. La vie à travers les souffrances, dont les humains font l’expérience, provient de la floraison de cette croyances, parce que à l’intérieur de cette croyance, il y a toute la matière que nous avons reçu, représentée par nos limitations, nos murs et obstacles qui vont créer nos vies.

Le fait de s’identifier tout au long de la vie est le résultat de la nécessité de définir, de classifier et de continuer à acquérir plus d’idées qui renforcent la croyance originale. Chaque fois que vous vous identifiez à ce que vous faites, à ce qui vous arrive, à ce que vous avez, à ce que vous pensez ou à ce que vous ressentez, vous renforcez la croyance. Nous vivons notre vie en croyant à cette idée interne, dont nous ne pouvons pas douter parce qu’elle provient de conclusions tirées de notre propre esprit; en ce sens cela nous appartient, mais en réalité, cela appartient à d’autres personnes, cela provient de l’extérieur, mais ça s’est installé en nous comme un système d’exploitation pour nous faire fonctionner d’une certaine façon. Pour la grande majorité des gens, ça fonctionne très mal, créant des situations, des relations, des humeurs et des réactions qui nous font du tort et nous font souffrir.

Ce que je crois être moi-même ou ce que vous croyez être, est la mère de toutes les croyances. En croyant être nous, nous créons une identité et, de la même manière, une structure de dépendance qui nous conduit à acquérir des dépendances et des addictions infinies. C’est pour cette raison que j’affirme que l’identité est la dépendance la plus importante et la plus vaste. C’est la mère de la croyance qui découle fondamentalement de la mère, tout comme notre source de nourriture initiale et notre langue maternelle proviennent principalement de notre mère. Même si tout ce que la mère a fait était motivé par l’amour et la meilleure intention, cela ne veut pas dire qu’elle n’a pas apporté avec elle le matériel de base pour créer le système d’exploitation avec lequel nous allons fonctionner tout au long de notre vie. Il est donc impératif de couper les liens énergiques et influents avec la mère. C’est un travail d’ingénierie authentique que de le faire parce qu’il ne s’agit pas de la tuer ou de l’éliminer, ni d’être indifférent ou éloigné d’elle, mais de nous exorciser d’elle. Nous sommes possédés, autant par notre mère que par la croyance qui s’est installée en nous-mêmes.

Souvenez-vous de cela chaque fois que vous voulez résoudre une addiction ou une dépendance : 1. Addiction à l’identité ou à la croyance de qui vous êtes. 2 – Addiction à la mère ou à la personne qui a dirigé l’installation du système d’exploitation dans votre esprit. Ces deux choses doivent être enlevées avec une grande précision à l’aide d’un scalpel, afin de trouver la liberté et d’arrêter de dépendre des options limitées qui nous sont offertes, et sont issues du programme tyrannique d’asservissement.

Que m’arriverait-il si je m’identifiais aussi à des choses qui me faisaient du bien ? Alors je ne suis rien ! Si ce qui est ressenti n’est qu’un personnage, alors : quel sens ont donc les émotions sur cette Terre ? A quoi servent-elles ? Sont-elles là pour que nous les ressentions sans nous identifier à elles ? Pouvons-nous choisir notre ressenti ?

EXAMINONS CE QUI EST DEMANDÉ ET, SURTOUT, QUI LE DEMANDE

Si vous avez la capacité d’observer, les questions viennent précisément de cette croyance que vous avez de vous. Nous pouvons voir les indications de l’idée ou la conclusion que vous avez tiré de vous même, de votre vie et les possibilités que vous détenez de vous libérer vous-même. Vous avez appris à aimer les bonnes identifications et si vous vous dés-identifiez avec les mauvaises, vous avez peur de perdre le côté positif de cette identification. Comme s’il était possible de choisir dans le menu, ce avec quoi nous nous identifions ou pas. Le jour où vous décidez de désinstaller le système d’exploitation, vous n’avez pas la possibilité de laisser certaines fonctions ou des utilités qu’il vous avait données, parce que le programme qui dirige votre vie est compact et intégré; si vous le désinstallez, plus rien ne subsiste, ce qui signifie que vous ne vous identifierez à plus rien du tout – vous aurez toujours une identité, encore et toujours la même, mais vous ne croirez plus que vous êtes cette identité. Ainsi, tout ce vous vivrez ou expérimenterez se fera dans une faculté d’observation sans que les émotions n’aient besoin de vous dominer. Observer l’intérêt que les émotions ont, être dociles ou dominants, est merveilleux. Le plaisir d’observer sans identification est quelque chose de difficile à décrire. Je souhaiterai juste mentionner que la conscience ne se sent pas. Le plaisir change de qualité quand il provient d’un coeur ouvert à recevoir sans jugement, et il en est de mêmelorsque la conscience perçoit sans tirer de conclusions.

Les sentiments ont été très importants pour vous dans votre vie, à tel point que les émotions ont certainement pris le pouvoir toute votre vie, qu’elles ont le pouvoir d’apparaître à tout moment et de prendre le contrôle de vos décisions et de vos réactions face à tout ce qui vous arrive. En réalité, c’est comme dire « VOUS ÊTES VOS EMOTIONS », mais ne vous inquiétez pas parce que cela arrive à tellement de gens. Beaucoup sont piégés dans le processus émotionnel comme de jeunes enfants qui ne savent pas quoi faire quand leurs émotions se déclenchent, ils se retrouvent dans un état inné d’immaturité, esclaves d’un maître tyranique.

Les émotions sont des pensées qui s’installent dans le corps. Elles sont le carburant de nos personnages. Si nous pouvions observer chacune de nos émotions, nous serions en mesure de prouver qu’elles nous viennent de loin, du passé, comme des empreintes énergétiques de ce que nous avons vécu auparavant; mais elles sont déclenchés à répétition parce qu’elles sont ce qui donne vie aux personnages que nous interprétons. La semence, qui est devenue un arbre et qui porte des fruits pourris, a pris racines dans les blessures et les traumatismes de notre prime enfance et sa seconde partie aussi, ces fruits sucrés et aigres qui produisent des personnages. Cet arbre ou ce système produit de plus en plus de personnages (qui ne sont pas ce que vous êtes, et qui ne représentent pas votre moi véritable) qui sont chargés de soutenir l’idée mère de ce que vous croyez être.

Tous ceux qui, profondément, et par leur conscience, comprennent cette situation, se réveilleront inévitablement, mais cela ne peut pas être une compréhension faite par l’un des personnages; sinon, c’est l’intégration consciente de quelque chose qui s’est produit dans notre vie sans que nous l’ayons réalisé, parce que cela a été créé à partir de l’inconscient, des ténèbres. Dans ces cas, tout ce que nous pouvons faire pour nous réveiller dépend du fait que nous soyonst conscients de la façon dont l’inconscient a créé notre vie, notre réalité, nos problèmes et nos souffrances. En réalisant cela, on obtient une excellente compréhension : TOUT A ÉTÉ MENSONGE. Une interprétation liée au passé. L’impact ici et maintenant est énorme quand on se rend compte que ce qu’on croit être est une illusion. Nous sommes maintenant prêts à aller vers la découverte de la vérité, ou de l’essence, de ce que nous sommes vraiment mais que nous avons oublié.

Devrions-nous lâcher prise sur tout ou trouver un équilibre? Personnellement, je crois que si je lâchait tout contrôle, je perdrais le sens et la possibilité de changement.

L’équilibre est névrotique, une négociation entre les intérêts de différents groupes de personnages. Il n’y a aucun changement à apporter à quelque chose qui n’a jamais bien fonctionné. Fixer, améliorer ou changer est ce que les personnages veulent que vous fassiez pour vous maintenir dans l’obscurité et inconscient de ce que vous êtes. Seule la transformation peut vous sortir de ce pétrin.

Alberto José Varela

nosoy@albertojosevarela.com

(LA MÉTHODE DE L’ÉVOLUTION INTÉRIEURE QUE NOUS TRANSMETTONS DANS NOTRE ÉCOLE CONSCIENTE EST UN PROGRAMME DE DÉPROGRAMMATION DU SYSTÈME QUI DIRIGE LA VIE ET LE COURS DE NOTRE DESTIN.) Cette réponse fait partie du contenu que nous enseignons et que nous approfondissons avec chaque élève.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page