LES MILLE VISAGES DU FAUX POUVOIR DU MENSONGE. Se méfier, c’est se soumettre au système tyrannique qui nous domine depuis l’inconscient.

LAISSER SON CUL A L’AIR FACE A LA MEFIANCE:

La méfiance est le langage de communication utilisé par les maîtres qui ont besoin d’esclaves.

Dédié à tous ceux qui m’ont fait confiance et qui ont voulu me manipuler, me dominer, me juger et me contrôler par méfiance, par manque de confiance. J’ai transformé cette énergie en mots. Je l’écris depuis quelques années, peu à peu, savourant ce moment merveilleux parce que je voulais passer par le développement de ce sujet comme un processus personnel. Maintenant, il est temps de le mettre en lumière. Je vole du Chili vers l’Espagne, au cours de mon dernier voyage, le plus long voyage que j’ai fait de ma vie et qui aura duré 6 mois, plus de 30 vols internationaux, mon passeport a manqué d’espace pour les timbres migratoires, et dans ce dernier voyage de juin 2019 j’ai décidé de terminer cet article pour le donner aux personnes qui vont suivre le module 3 du programme de formation en soutien et accompagnement des processus d’évolution intérieure au sein de l’école consciente. Ne venez pas à ces cycles de formation que je vais faire en juillet et août sans l’avoir lu s’il vous plaît ; je crois même que si vous le lisez, il ne sera pas nécessaire que vous veniez. Vous économiserez du temps et de l’argent.

SE MÉFIER, C’EST RENDRE FICTIVEMENT POSSIBLE L’IMPOSSIBLE

Ce qui est vraiment impossible pour tout être vivant, c’est de se méfier ; en fait, les plantes et les animaux existent et survivent parce qu’ils ont confiance, le jour où ils cessent d’avoir confiance, ils meurent de peur. Mais les espèces vivantes n’ont pas fait de processus d’évolution intérieure pour faire confiance parce que la confiance est leur essence ; c’est ce qu’elles apportent et ce qui les guide, même les bébés humains quand ils naissent sont possédés par cette énergie de confiance, qui est le produit le plus exquis de l’évolution cosmique. Tout ce qui existe fait confiance. La confiance guide l’expansion. La matière, la vie et l’évolution sont une pure confiance incarnée.  Mais notre espèce est experte en méfiance. L’être humain s’éteint à cause de sa méfiance, c’est ce qui nous a conduit à l’accumulation, la misère, les armes, la guerre, la ruine, la tragédie.

SE MÉFIER, C’EST CONTRÔLER, LA CONFIANCE, C’EST LAISSER COULER.  

Si nous considérons que la méfiance et le contrôle sont quelque chose de négatif qui nous nuit ou nous fait souffrir, il serait logique de penser que la fluidité que la confiance nous donne est quelque chose de positif et favorable pour notre développement personnel.  En fait, la confiance est une valeur très respectable dans la spiritualité. Mais peu importe combien d’éloges ou à quel point nous pouvons faire bonne presse à la confiance dans le monde de la transcendance, et peu importe combien elle nous assure une vie heureuse, nous ne pouvons la chercher ou l’approcher directement, mais nous devons nous tourner vers son contraire, vers le détrônement de son opposé.

Les experts dans l’étude des régimes totalitaires et des tyrans qui ont assassiné et opprimé des millions de personnes disent que, pour rétablir la paix, la justice et l’harmonie dans tout pays, il faut d’abord intervenir et désarmer ces mauvaises structures établies par les tyrans, mais avant de les renverser il faut comprendre les mécanismes complexes du mal, son essence et comment le réseau interne du mal humain fonctionne.  De même, nous devons nous pencher sur les racines d’une telle méfiance destructrice afin de rétablir l’état naturel de confiance et de rétablir l’innocence.

La méfiance est un système qui empêche la confiance de se manifester. C’est le dispositif que l’inconscient utilise pour dominer, c’est son représentant dans la vie de chaque personne. En ce sens, la méfiance est le critère à partir duquel presque toutes les décisions sont prises à partir de ce système créé par tout ce qui est réprimé.

LA MÉFIANCE ET L’IDENTIFICATION, PARTENAIRES DANS LE BUT DE NOUS LIMITER.

Quand on se méfie, il faut s’accrocher à des formes fixes et immuables pour ne pas perdre le contrôle. Le besoin de se sentir en sécurité, stable, confortable et à l’aise est lié à la vie dans le connu (le lieu où les maîtres et les esclaves vivent ensemble), et pour ce faire, nous devons annuler toutes sortes de mouvements qui peuvent modifier l’ordre, en évitant de désarçonner l’établi et en nous efforçant de ne pas déséquilibrer ce qui a pris si longtemps pour calibrer. Arriver à l’apparition de la vérité dans un mensonge est le résultat d’un grand travail fait par la méfiance, qui finit toujours par devenir l’auto-illusion.

Ce qui est défini est contrôlable ; par conséquent, il doit prévaloir et se maintenir avec un certain équilibre, étant identifiable à tout moment, parce que de cette façon il peut être prévu et donc maîtrisé.

La vie humaine est devenue froide, rigide, statique, prévisible et manipulable. Pour cette raison, la question que se posent la plupart des chercheurs spirituels est : Qui suis-je ?  Ils veulent savoir ce qu’ils sont devenus parce qu’ils ont complètement oublié ce qu’ils sont.  Sans s’en rendre compte, lorsqu’ils posent cette question, ils tombent dans le piège d’essayer de se définir en essayant de se situer dans l’espace et d’oublier le facteur temps qui accorde la variable de ce qu’ils peuvent devenir.

Vouloir savoir, c’est se méfier, vouloir savoir qui l’on est ne permet que de se situer dans le plan du mensonge, et donc d’annuler la possibilité de mouvement, de fluidité et de dynamique du processus vers l’épanouissement de la potentialité. Si vous vous situez dans l’auto-illusion de vos croyances, vous êtes pris au piège dans une prison où la connaissance de soi est limitée.

La limitation imposée à notre psychisme veut préserver le pouvoir de limiter, c’est-à-dire son objectif, et comme le plus fixe, statique, rigide et surprotégé est l’identité (la croyance de qui nous sommes) tout a été organisé et planifié pour qu’il ne soit pas touché ou modifié, auquel cas il peut être affiné et renforcé. Les mécanismes de défense et les résistances sont à l’ordre du jour pour remplir sa mission que tout reste le même avec ce qu’il est et ce qu’il y a. Ce que vous croyez être est quelque chose d’intouchable. La méfiance prendra soin de protéger vos identifications en tout temps, et lorsqu’elles seront découvertes ou attaquées, elles seront activées avec plus de puissance.

Lorsque nous nous concentrons sur ce que nous nous croyons être, nous sommes piégés dans la limitation du contrôle ; la mission du contrôle n’est pas de permettre le flux de l’énergie qui transforme tout. Le contrôle et la méfiance sont les deux faces d’une même médaille de la peur du changement. Alors que lorsque nous nous concentrons sur la perspective que l’avenir nous offre et sur ce que nous pouvons devenir, nous nous libérons de la peur de cesser d’être une chose morte, définie et limitée afin d’initier un processus de transformation constante, que nous appelons dans l’École Consciente le processus de l’Evolution Intérieure.

PRÊT À FAIRE FACE À L’IMPOSSIBLE

Afin d’aborder la question de la CONFIANCE, il est nécessaire de savoir à l’avance que nous nous dirigeons vers LE FLOW. C’est-à-dire que nous entreprenons un voyage vers la libération de la tyrannie du contrôle et de la méfiance, pour permettre à des mouvements imprévus de se produire guidés par la sagesse de notre âme, qui nous conduira naturellement à la frontière où l’inconnu commence et nous laissera prêts pour l’arrivée du mystère.

Il s’agit de se jeter dans le fleuve puissant et imprévisible de la vie sans savoir et sans résister, en se soumettant à tout ce qui doit arriver et en étant prédisposé pour profiter de l’expérience qui donnera un sens à notre vie pour la première fois.

Mais pour l’ego, il est impossible de faire confiance, les personnages qui habitent notre esprit ne connaissent que le langage de la méfiance. Si l’ego a confiance, il perd tout contrôle. Plus nous pénétrons dans la compréhension de la méfiance, plus nous commençons à entrevoir l’extase que la confiance produit, parce que la confiance appartient à l’existence infinie, c’est une expérience que nous n’avons jamais eue ni connue depuis que nous avons oublié qui nous sommes. Le pouvoir de la confiance est caché dans les secrets bien gardés de la méfiance, alors je propose de continuer à approfondir ce qui est et est censé être la méfiance, est un chemin inévitable vers la confiance.

Je ne peux pas parler de la façon d’obtenir la confiance, c’est quelque chose que l’on ne peut qu’expérimenter, apprécier et contempler. Vous ne pouvez pas parler du verbe CONFIER afin de faire quelque chose pour que cela se produise, je peux parler de ce qu’est la confiance pour que vous puissiez comprendre comment elle fonctionne et pourquoi c’est une expérience impossible de vous maintenir sous contrôle.  C’est la même chose avec le fait de pardonner et le pardon.  Si le pardon est la réalisation qu’il n’y a rien à pardonner, alors le pardon n’est pas quelque chose qui peut être fait. De la même manière qu’avec le faite de CONFIER et la CONFIANCE, si confier est une expérience qui naît de la compréhension que rien ne peut être fait pour obtenir ce que nous voulons, alors la confiance est un état d’immobilité qui empêche de faire quoi que ce soit, mais qui met en œuvre tout ce qui est nécessaire pour qu’il se passe quelque chose qui nous comble de satisfaction, de surprises et de bonheur. Parce que la confiance, c’est vivre dans la dignité de la compassion, tandis que la méfiance, c’est mourir dans les mains de la perversion.

La confiance ne peut pas être abordée comme si c’était un but à atteindre parce que vous ne l’atteindrez jamais, l’esprit ne peut pas et ne veut pas faire confiance ; nous ne pouvons pas parler de comment faire confiance parce que si vous faites quelque chose pour l’atteindre, vous ne pouvez plus croire que cela va vous atteindre ; nous ne pouvons plus décrire ce qui peut seulement être vécu parce que l’imaginer devient désir et que tout ce qui est souhaité produit la méfiance, car quand nous le désirons nous organisons et mettons en marche quelque chose qui nous permettra de le réaliser, laissant de côté la possibilité que la vie nous envoie pour le seul fait que nous le méritons.

Alors que pouvons-nous faire pour aborder la question de la confiance ? rien ! ouvrons-nous simplement à nous rendre visite, à venir à nous par la grâce divine. Pour l’instant, je vous invite à aller un peu plus loin dans les multiples visages de la méfiance.

DES MILLIERS DE FAÇONS D’ÊTRE SUSPICIEUX

La méfiance a de nombreuses manières de se manifester, elle peut être appréciée dans les expressions ou les pensées que nous avons devant les différentes situations de la vie quotidienne.

Ces affirmations que je vais énoncer peuvent être faites intérieurement (à soi-même) ou extérieurement (aux autres), ce sont des expressions qui dénotent la présence de restes ou de traces de méfiance :

Personne ne m’aime » « Je ne suis pas nécessaire » « Je fais tout de travers » « Je ne vaux pas assez » « Il n’y a pas de solution » « Personne ne me comprend » « Les choses sont comme elles sont et il n’y a pas de remède » « Je ne comprendrai jamais » « Le destin est déjà déterminé » « Tout est un mensonge » « Je ne suis important pour personne » « Personne ne me fait confiance » « Il y a des gens qui ne peuvent jamais changer » « Je ne me fais plus d’illusions » « Il n’y a plus d’espoir » « Je n’essaierai plus » « Je ne devrais plus abandonner ou me rendre » « Je dois continuer à me battre » « Personne ne me soutient dans ce que je veux faire » « Je dois être au-dessus de tout pour que rien ne devienne hors de contrôle » « Si je ne contrôle pas, tu ne fais pas ce que tu devrais faire »

La vie est marquée par la méfiance et les conséquences qui en découlent. C’est ce qui constitue la structure à partir de laquelle nous entreprenons tout ce que nous faisons, y compris la recherche de l’illumination ou de la guérison.

Le chercheur ne sait pas que ce qui régit sa vie est la méfiance, en réalité il ne sait pas encore que le chercheur est lui-même la méfiance, donc la méfiance vit la vie à travers lui.

Si ce chercheur ne se rend pas, il sera renforcé par ce fonds de méfiance, et ce fonds de méfiance est l’âme de tous les personnages qui surgissent.

Quand le chercheur se rend, cesse de chercher et se consacre à l’autoprogrammation, laisse le chaos et la confusion s’installer, alors la structure de la méfiance commence à se désarmer, et quand la structure chancelante ne peut soutenir les décisions qu’elle prend, car chaque décision a beaucoup de poids et nécessite une structure solide qui la soutient dans le temps jusqu’à son exécution.

La méfiance n’a pas de pouvoir sur la confiance, elle n’a qu’un faux pouvoir sur les personnes qui ont perdu le contact avec leur propre confiance en soi.

NAISSANCE ET MORT DE LA MÉFIANCE

La méfiance n’est pas quelque chose de naturel, c’est une création accidentelle, bien que logique et explicable en termes de mental et de conditionnement qui doit être protégé et contrôlé.

La dualité a été la base de la méfiance, dans l’unité il ne peut y avoir de méfiance ; s’il n’y en avait qu’une, il n’y a rien à se méfier, mais s’il y en a deux, le conflit surgit, les deux ne font pas confiance à l’autre pour survivre. En ce sens, on pourrait affirmer que la méfiance est un sous-produit de la survie, puisqu’elle permet à un être vivant conscient de lui-même de prendre soin de lui-même et de se protéger des autres. Tant que cette conscience (limitée) est centrée sur la survie instinctive et ne s’éveille pas à la potentialité, cet être vivant ne peut pas consciemment faire confiance. Une conscience limitée ou dormante ne peut qu’être effrayée et méfiante. Alors qu’une conscience illimitée et éveillée ne peut qu’avoir du courage et de la confiance.

La méfiance a beaucoup de gadgets, elle essaie de nous faire croire des facteurs externes à nous-mêmes, parce que de cette façon il est garanti qu’il y aura de la déception, des abus, de la trahison, de la fraude ou de l’escroquerie. C’est ce qui est intéressant pour la méfiance, pour réagir aux expériences vécues et aux conclusions qui sont tirées pour continuer à confirmer que si nous ne nous méfions pas, la même chose continuera à se produire. Mais c’est un programme qui produit l’effet contraire, plus on se méfie, plus il y a d’insécurité, plus il y a de doute, plus il y a de peur et plus il y a de distance avec tout, et donc plus la méfiance est grande.

Quand nous nous méfions, nous attaquons, maltraitons, projetons, humilions, abusons et trahissons la nature très spirituelle de notre essence. La méfiance est la base de tous les traumatismes et constitue le programme à déprogrammer, et quand cela se produit, les portes du mystère s’ouvrent spontanément et largement, ce qui est prêt à retourner au cœur humain, ce qui attend depuis si longtemps que nous retrouvions la mémoire de la confiance qui nous a guidés tout au long de notre existence, qui pourrait nous amener à une expérience aussi belle que nature si elle est confiance ? L’amour est une conséquence naturelle et postérieure ; la confiance nous fait entrer et l’amour nous permet de partager ; la confiance nous fait entrer dans la vie et l’amour nous ramène par la mort. A ce moment où nous mourons nous retournons à la confiance, il n’y a aucun moyen de franchir la ligne entre la vie et la mort sans confiance, mais vous n’avez pas besoin de mourir physiquement pour revenir à la confiance.

Mais c’est quelque chose que nous allons approfondir en présence, dans le module 3 de l’École Consciente, où je vais faire quelque chose de supposé impossible, pour transmettre l’odeur de confiance. Peut-être que le ressentir et le laisser atteindre la partie la plus profonde de votre cœur vous inspirera à prendre la décision d’arrêter de vous méfier. Alors vous obtiendrez ce à quoi vous aspirez. Quand la confiance coule, la route se termine. Il n’y a pas d’autre endroit où aller que d’être à l’aise avec soi-même. Vous pouvez le sentir dans votre cœur comme une bombe de joie et de gratitude parce que la confiance n’est pas une action, un sentiment ou une attitude, mais un miracle ; quand il s’agit de vous, il n’y a rien d’autre à faire qu’Etre.

 

Alberto José Varela

nosoy@albertojosevarela.com

 

L’inexplicable expérience de confiance développée en clé poétique par Alberto José Varela dans le module 3 de l’École Consciente.

(Vous pouvez participer, même si vous n’avez pas suivi les modules précédents)

TOUTES LES RETRAITES SONT DU LUNDI AU MERCREDI

Milan – Italie 15-17 juillet

Barcelone – Espagne 22-25 juillet

Madrid – Espagne 29-31 juillet

Marbella – Espagne 19-21 août

Colonia – Uruguay 26 – 28 août

 

MILAN – Alessia – italia@escuelaconsciente.org

MADRID – Carmen – international@escuelaconsciente.org

BARCELONE – Paula – barcelona@escuelaconsiente.org

MARBELLA – Liana – marbella@escuelaconsciente.org

URGUGUGUAY – Alejandra uruguay@escuelaconsciente.org

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page