RETOUR À LA CONFIANCE (1ère partie) Comment se débarrasser des avantages et des inconvénients de la méfiance?

LE DÉCOURAGEMENT EST L’ÉPICENTRE DU TREMBLEMENT DE TERRE DE LA MÉFIANCE

Comment pouvons-nous récupérer la confiance perdue et ré-ouvrir le cœur?

 

Nous qui sommes dans un processus d’évolution intérieure, nous devrons faire face tôt ou tard à cette dure réalité: ce à quoi, à un moment donné dans la vie, nous avons fermé le cœur, pour ensuite nous entourer d’un rempart de protection vis à vis de cette décision issue de la méfiance dont nous nous sommes emplis.

LA MÉFIANCE EST L’ASSURANCE DE LA PERMANENCE DU DÉCOURAGEMENT ET DU DÉSESPOIR

Ceux qui ont fait de la thérapie savent que, à la suite d’une série d’événements traumatiques qui nous ont marqué et blessé profondément, tout ce que nous pouvions faire pour arrêter de souffrir était de nous refermer. Refermer son cœur signifie créer en soi l’illusion de pouvoir arrêter de sentir ou de souffrir (ce qui est impossible) ou de ne pas permettre l’accès en soi à des faits ou des personnes qui nous font ressentir de la douleur (encore un mensonge que nous croyons afin de survivre dans l’espoir que rien ni personne ne va nous faire du mal). Cette armure nous donne un sentiment de protection contre ce qui peut nous arriver dans la vie.

Chaque personne décide plus ou moins inconsciemment et sans trop réfléchir, ce à quoi elle décide de se fermer, par exemple : se fermer à la vie, à l’amour, aux relations, aux autres, à la jouissance, au sentiment de dignité, à l’homme, à la femme, aux êtres humains, à faire confiance. Quelques personnes peuvent se fermer à tout. D’autres choisissent de façon sélective ce à quoi ils veulent rester fermés, mais ils ne savent pas que quand ils se ferment ne serait-ce qu’à une seule des choses que j’ai nommé, ils se ferment par conséquent à de nombreuses expériences qui procurent la paix, le bonheur et l’accomplissement. Quand le cœur est fermé, la possibilité de confiance est complètement exclue.

Chaque chose – supposée négative ou dangereuse – dont nous sommes proches a ses contreparties positives réprimées. Quand nous refusons une expérience douloureuse, nous résistons à une autre expérience agréable. Pour chaque chose que nous sacrifions, nous sommes en train de tuer quelque chose qui nous donnerait la plénitude. un exemple: ceux qui se ferment à la confiance doivent acquérir la méfiance comme système de vie. La méfiance est un tremblement de terre psycho-émotionnel qui produit un chaos spirituel et une déconnexion avec l’essence. Ce désordre vital empêche la personne de couler, d’accepter, de remercier, d’aimer ou de s’abandonner complètement. Celui qui se ferme croit avoir des avantages pour éviter des situations pénibles, mais involontairement, la personne se prédispose à ce que ce type de situations ayant causé la fermeture, continuent à se produire, et même avec une intensité croissante, ce qui produit plus de douleur et donne encore plus de raisons pour continuer à ce que le cœur se referme toujours plus.

Nous sommes clairement au cœur du conditionnement, donc nous ne pouvons pas répondre à cette situation fondamentale de la vie sans un minimum de conscience, parce que sinon la méfiance va créer de nouvelles couches plus dures pour protéger davantage la personne qui a décidé de se fermer. Pour ceux qui sont confrontés à de telles situations avec des partenaires, des conjoints, des collègues de travail ou d’études, la famille ou des employés de la même organisation ou d’un mouvement, nous savons qu’il est essentiel de nettoyer le virus de la méfiance pour travailler par la transformation intérieure. La majorité des personnes qui assistent à nos retraites viennent avec ce noyau de méfiance qui affecte toute leur vie. Sur la méfiance, rien ne peut être fait pour évoluer car la méfiance est la garantie de la survie du conditionnement qui dirige toutes les limitations. Il n’y a aucune possibilité de développer un potentiel sans confiance. Tous les changements, le travail ou les efforts que nous faisons de l’extérieur ne dissoudront jamais le noyau dur de la méfiance qui est à l’intérieur, la seule chose qu’ils peuvent faire est de camoufler ou de cacher la dureté intérieure. Seule une décision consciente de quitter ce lieu de pouvoir dont est issue la méfiance peut engendrer une transformation intérieure.

Une personne qui a vécu toute sa vie dans la méfiance, si elle décide de faire confiance, se verrait dans l’obligation d’en finir avec elle-même, car elle ne pourrait pas rester la même. Beaucoup de gens qui vivent dans la méfiance soutiennent soudainement qu’ils ont des raisons pour avoir de la méfiance, ce qui est un mensonge, ILS N’ONT JAMAIS FAIT CONFIANCE, ils ont juste spéculé pour trouver une autre raison de se méfier et pour attribuer sa propre méfiance à des facteurs externes. Parfois, les arguments sont si convaincants que beaucoup les croient, mais ceux qui croient qu’il y a des raisons externes de se méfier sont ceux qui se nichent au même noyau de la méfiance. C’est alors que les différents niveaux de méfiance qui peuvent exister dans un groupe de personnes se manifestent.

Le seul antidote que j’ai vu qui fonctionne pour la méfiance est la conscience éveillée. Devant elle, la méfiance ne peut pas s’enfoncer profondément dans sa propre impuissance. Même une seule personne qui est éveillée sera plus que suffisante pour annihiler tout noyau de méfiance qui peut se manifester. Un être éveillé ne se méfie jamais, il ne peut pas parce que l’éveil est le rétablissement même de la confiance. C’est la guérison de l’âme qui veut se reconnecter avec le tout et avec tout le monde. C’est la RÉCONCILIATION.

La méfiance ne vous permet pas d’écouter, elle ne vous laisse pas être libre, elle ne vous soutient pas pour que vous décidiez de la direction de votre cœur, elle vous remplit de justifications, elle vous relie à la haine pour l’exprimer de mille façons différentes autour de vous, elle vous enferme dans la souffrance, elle vous fait croire que le changement n’est pas possible, elle fait de vous un mécréant, un chercheur lâche qui ne veut pas trouver quelque chose qui vous fasse retrouver votre confiance. Et la méfiance vous rend obsessionnel de sorte que vous continuez à trouver de plus en plus de raisons de vous méfier .

La méfiance est attrapée par la conscience. Le découragement est coincé. Le désespoir ne sait pas quoi faire. Lorsque la méfiance est exposée à la lumière de la conscience des personnes qui peuvent alors voir l’origine et la nature de la catastrophe qui a été créé, c’est qu’il est temps de donner le maître coup au noyau du blocage.

BEAUCOUP DE PERSONNES, MÊME CELLES QUI FONT BEAUCOUP DE TRAVAIL SUR ELLES-MÊMES, PEUVENT UNIQUEMENT VIVRE DANS L’AUTO-DÉCEPTION, TOUT EN SOUFFRANT À L’INTÉRIEUR, MÊME SI ELLES DONNENT L’IMPRESSION QU’ELLES VONT DE L’AVANT. C’EST LE BLOCUS QUE JE VOIS DANS BEAUCOUP DE GENS : DES PARTICIPANTS, DES FACILITATEURS, DES SHAMANS, DES GUIDES OU DES THÉRAPEUTES. ILS SONT BLOQUÉS AU MOMENT OÙ LE TREMBLEMENT DE TERRE EST SURVENU, LÀ OÙ LA MÉFIANCE EST NÉE ET LÀ OÙ LA POSSIBILITÉ D’ÉVOLUTION A ÉTÉ FERMÉE. LA PLAIE N’A PAS ÉTÉ GUÉRIE.

Quel genre de vie vous a donné la méfiance? L’avez-vous aimée? Avez-vous été heureux? Avez-vous été satisfait? Est-ce la seule chose que vous connaissiez? Cela vous donne-t-il une sécurité et une tranquillité supposées?

Alors … Pourquoi ne pas laisser de côté une décision qui a été prise il y a tant d’années et qui ne vous a servi à rien d’autre qu’à continuer de souffrir? Peut-être que cela vous a servi pour une protection supposée, pour vous venger, pour projeter de la colère, pour punir les autres pour ce qu’ils vous ont fait … Combien de temps allez-vous continuer avec la même attitude?

Et si vous voulez rester méfiant, le monde est plein de lieux, d’organisations, de familles et d’occasions de maintenir et d’affiner votre méfiance, mais je ne vous conseille pas d’assister à un lieu ou un événement qui est basé sur la confiance, parce que si vous le faites, vous serez exposés à la confrontation la plus dure de votre vie. Se retrouver face à face avec quelqu’un qui fait confiance peut être la fin de vos de vos tentatives ratées pour maintenir la méfiance.

Que peut-il vous arriver si vous avez confiance? Quel genre de vie vous attend à partir du moment où vous avez à nouveau confiance?

Vous n’avez jamais été méfiant, chaque enfant est confiant parce qu’il est né comme cela, la confiance est ce qui le conduira aux expériences les plus merveilleuses de la vie. Peut-être que vous avez de la méfiance, et que cela vous habite comme un virus protecteur. La confiance est une valeur essentielle qui ne peut être bloqué que temporairement, vous pouvez la bloquer à cause de ce qui ne fonctionne pas dans la vie, mais la vie elle-même est conçue pour dissoudre la méfiance, et ceux qui ne se rendent pas à sa dissolution restent enfermés dans une tombe.

Quand j’étais petit, j’ai assisté à plusieurs enterrements, j’aimais voir quand ils fermaient le cercueil, car avant la fermeture avec le couvercle en bois, on doit sceller le couvercle intérieur en métal avec une soudure au plomb pour empêcher l’oxygène d’entrer et éviter la décomposition du corps.

Peut-être que c’est la situation de ceux qui ont décidé de se méfier, ils sont tellement fermés que rien ni personne ne peut entrer à l’intérieur d’eux. Vous vous éviterez la décomposition, mais vous êtes déjà un cadavre.

Les mots peuvent sembler être très durs pour définir la situation de tant de personnes, mais je ne vois aucune possibilité pour un mort de décider de ressusciter s’il est incapable de comprendre pourquoi il est là, en train de mourir, en train de souffrir, en train de s’enfuir de la vie. Mes mots sont des coups très durs pour le cercueil, parce que je crois que tous ceux qui ont décidé de se méfier, l’ont fait pour une raison, mais pas pour toujours.

Peut-être qu’il est temps pour vous de RETOURNER À LA CONFIANCE.

C’est à vous de choisir.

Alberto José Varela

nosoy@albertojosevarela.com

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page