L’ÉCHEC DU MAÎTRE INTÉRIEUR (3ème partie) Être ou ne pas être maître? Être ou ne pas être un disciple? Y a-t-il des options mixtes ou intermédiaires? Vouloir être un Maître et / ou un disciple défie notre résistance à la guérison de nos relations.

LA MAÎTRISE INTERNE EST UN PROCESSUS QUI SE DÉVELOPPE DE L’EXTÉRIEUR ET DE L’INTÉRIEUR.

Être en interaction avec les autres est la clé maîtresse de l’évolution intérieure.

« L’extérieur » est l’espace à partir du quel tout ce qui restera à l’intérieur provient, en fait tout ce qui est intérieur vient de l’extérieur. Et dans l’expérience humaine, l’autre est cet extérieur le plus proche de nous. Lorsque les autres ont été la cause de notre esclavage ou de notre souffrance, nous avons besoin d’un autre nouveau, pour nous sauver et nous guérir de notre déception initiale et pouvoir ainsi nous réconcilier avec l’extérieur. L’autre sera un moyen de rétablir la connexion originelle à cet extérieur.

Au-delà de l’autre, se trouve Dieu, l’existence, la création ou la source de la vie. Si le problème a commencé à l’extérieur, la solution doit provenir de l’extérieur. Le maître est alors ce « dehors de moi » qui vient m’apporter des nouvelles qui vont changer ma perception de l’extérieur. Pour avoir la capacité de donner ces nouvelles, une sagesse authentique est requise.

Chaque maître intérieur ou extérieur représente une figure illusoire qui est prédisposée à se rapporter au disciple intérieur ou extérieur (une autre figure illusoire), de sorte qu’ils ont une interaction qui peut devenir transformatrice (pour les deux), au fond ils doivent se réconcilier et c’est tout l’enjeu de cette guérison. C’est pourquoi j’affirme que la guérison est un vrai jeu.

Agir et être vu, donner et recevoir, parler et écouter, demander et répondre, sont les polarités d’un même processus: SE LIVRER ET ACCEPTER. C’est le dialogue qui maintient la vie avec l’âme de ceux qui se donnent l’opportunité de fusionner avec le tout. Payer et collecter, prêter et revenir, perdre et récupérer, oublier et se souvenir, sont des actions qui représentent l’essence même de l’expérience que nous vivons en tant qu’humains. Naître et mourir ou arriver et partir sont aussi des symboles du même cycle, ce sont sont des points clés dans le registre de notre conscience et selon notre perception, ils nous prédisposent à vivre notre vie de manière très différente. Voici l’épitaphe écrite sur la tombe d’Osho, un enseignant qui a eu de nombreux disciples et qui a parcouru la plénitude de sa vie : « Un jour, je suis arrivé et un jour je suis parti, j’ai traversé la planète Terre ». Il était au courant de ce cycle.

La rencontre entre le maître et le disciple est constituée de cette même réalité, elle a un début et une fin, donc elle est aussi pleine de conditions transitoires. La relation de l’enseignant et du disciple est une phase transitoire, elle sert ce qui est utile, mais elle nécessite de savoir y mettre un terme; car si elle s’établissait de manière permanente, elle deviendrait malade et engendrerait une stagnation. Chaque relation maître-disciple devient pathologique quand elle a dépassée dans le temps nécessaire. Dans une relation avec un professeur authentique, viendra le moment de rupture, parce que c’est ainsi que vous pourrez continuer par vous-même et devenir libre et autonome.

Comme nous l’avons développé dans cette série d’articles, quand le maître extérieur est éliminé cela annule la relation de dépendance du disciple mais le juste temps de la relation aurait permis de restaurer le lien de confiance possible en l’autre. Si vous éliminez le maître intérieur, vous annulez ainsi la possibilité de croire que vous l’êtes et, par conséquent, la possibilité de reprendre confiance en vous est révolue. L’auto-illusion que vous êtes un maître et un disciple à la fois se termine également, donc la relation avec votre propre ego spiritualisé se termine nécessairement. C’était aussi une relation de guérison, mais de bas niveau car elle est beaucoup plus névrosée que la précédente. Dans les deux cas, vous vous mettez à distance de la possibilité d’entrer en relation, et c’est le problème, car si vous avez la possibilité de communiquer avec d’autres (plus ou moins réelle ou fictive), vous vous isolez, vous vous excluez, vous vous annulez, vous vous cachez dans votre esprit et vous vous séparez encore plus de l’extérieur et des autres qu’avant le début de votre processus de guérison. Vous restez seul et perdu. Il aurait été préférable de rester avec votre professeur, ou tenir votre conviction que vous l’êtes, plutôt que de maintenir des relations névrotiques. C’est mieux que de développer un caractère social ermite et rancunier qui niche la haine et le ressentiment avec les autres. Et il existe ainsi plusieurs types de psychopathes et de psychopathies.

AVOIR BESOIN D’UN MAÎTRE, C’EST AVOIR  BESOIN D’UN PÈRE ET ACCEPTER LA DISCIPLINE.

La conclusion de ce que cela signifie que pour se délivrer de nos souffrances et recevoir la plénitude dans notre vie, il nous est nécessaire de sortir de la relation que nous avons établi avec nos parents, dont est issue la majorité des idées sur soi et les autres et qui entretient le modèle de nos relations tout au long de notre vie. Ce qu’ils ne nous ont pas donné, ce que nous n’avons pas reçu, ce que nous ne leur avons pas donné ou ce qu’ils n’ont pas reçu de nous. Ce pacte d’acceptation et d’abandon de soi est défini à un jeune âge. Par conséquent, il y a des lacunes, des demandes, des plaintes, du ressentiment et un sentiment d’injustice. Quand nous sommes fatigués de souffrir pour ce que ce pacte produit dans nos relations, nous allons trouver un enseignant qui est le substitut du père ou nous tombons amoureux de la Pachamama en tant que substitut de la mère, Gaïa devient la mère qui m’aime et fournit tout et le Grand Esprit devient le père qui me respecte et me guide. Dieu et la Vierge remplissent la même fonction. Dans ces relations avec l’extérieur, nous essayons de guérir la blessure intérieure entretenue avec nos parents, mais beaucoup d’entre nous sont coincés dans une relation névrotique avec les éléments de la nature ou avec des figures religieuses parce qu’ils ne réalisent pas que ce n’est qu’un pas vers la guérison.

En arrière-plan et à contrecœur, nous, humains, avons créé une méthode de réconciliation avec l’extérieur qui nous permet de guérir le ressentiment, la colère et la haine que nous éprouvons pour ne pas être aimé et respecté, pour ne pas avoir accepté de nous laisser guider par la sagesse. Maintenant, nous sommes dans le dilemme de savoir si le jeu de notre guérison peut se jouer en étant des enseignants ou des disciples. En fait, peu importe le rôle que vous choisirez,  sachez simplement que c’est un jeu transitoire pour réparer vos perceptions et regagner la confiance.

Si vous êtes à la recherche d’un professeur ou avez un professeur, vous pouvez devenir un adepte passif et irresponsable de vous-même, avec l’héritage de vos parents à charge pour la vie. Si vous cherchez ou trouvez le maître intérieur, vous pouvez devenir le monument de votre auto-sabotage parce que cet enseignant sera votre ego déguisé en spiritualité. Aussi il y en aura beaucoup à cette étape qui, avec une grande intelligence et beaucoup d’habileté réaliseront l’enjeu des deux options (plus ou moins tragiques) et en choisiront une troisième: ne pas chercher un maître à l’intérieur ou à l’extérieur et devenir un être autonome, sans entrer dans la jeu d’être un disciple ou un enseignant. La mauvaise nouvelle que j’ai pour ce groupe de personnes très rapides, est qu’ils peuvent devenir de véritables morts-vivants et à gauche dans les limbes de déconnexion avec les autres, parce que l’interaction avec l’autre dans un temps bien ajusté, peut produire une transformation. L’interdépendance et l’inconditionnalité sont les bases de la maîtrise qui se développe dans les relations. Cela pose une maîtrise intérieure est ce que vous emporterez avec ceux qui vous entourent attitude, vous accompagner, regardez-vous, vous rejetez, vous critiquer ou vous laisser tomber, ils peuvent causer toutes sortes d’émotions et de sentiments en vous, peut vous amener à devenir Dans un démon ou un chaton affectueux, que cela dépend-il de réactions si différentes produites par la relation avec les autres?

Les expériences psycho-sociales ont montré que nous modifions notre comportement face aux autres pour ne pas être rejetés, pour nous sentir normal, appartenir à un groupe et être acceptés, pour ne pas entrer en conflit, nous adaptons. Dans le cas d’expertise grâce à l’interaction avec les autres ayant produit le contraire, il s’est alors avéré que la personne étant devenue indivisible, elle ne ressentait pas la nécessité de s’adapter à tout le monde, mais plutôt d’être soi-même, sans se départir pour autant des autres mais en respectant leur individualité. Rien n’est plus commun que de vouloir être normal, la peur du rejet ne se décide pas; la culpabilité de nous accepter se transforme quant à elle en arrogance inoffensive; le bien-être est garanti; la vie fonctionne en nous fournissant tout. Le sentiment de bonheur et le bonheur d’être nous possède. C’est quand la conscience devient la mère. La transformation est en cours et personne ne peut l’arrêter. A ce moment, c’est le début de la transcendance.

La maîtrise n’est pas un programme pour devenir un enseignant de moi-même ou des autres (ce qui est pareil) mais pour arrêter d’y aspirer. La maîtrise est une renonciation, un processus dans lequel je me rends compte que je suis déjà le maître, ont toujours été, mais avait oublié.

Lorsque dans les années 80 Osho a demandé à tous ses disciples d’enlever son image accrochée sur leur poitrine, il y eut une énorme déception, de nombreux disciples furent en crise dans le fait de devoir renoncer à la présence de cet enseignant qui les a accompagnés en tout temps, même jusque dans le bain par inadvertance. Car l’enseignant avait emmené une partie des êtres dans la dépendance à l’enseignement, même si beaucoup avaient guéri leur relation avec leurs parents ou des blessures qu’ils avaient causé, ils n’avaient pas encore appris à marcher par eux-mêmes, et ainsi beaucoup se sont effondrés.

Mais il arrive aussi que si vous ne disposiez pas d’enseignants, et vous pouvez entrer dans la conviction que vous pouvez faire cette guérison par vous même. Mais partir en randonnée quand on a pas encore l’équilibre, ni  avez assez de force, c’est la chute presque garantie. Deux options peuvent être plus ou moins négatives ou difficiles dans votre évolution. Mais y a-t-il une option qui peut nous aider à ne pas tomber? Dans le choix de céder à la nécessité de compter sur quelqu’un ou à la nécessité d’être indépendant, il est assuré que cela va vous faire chuter, et nous allons donc devoir plonger dans le labyrinthe de ce qui motive et soutient les relations humaines soumis-dominante. Si nous osons entrer en nous, nous pouvons arriver à choisir par quelle la fissure nous pourrons nous faufiler dans le mystère de la solution, sans avoir à capituler, sans avoir à subir ou perdre de temps… Bien que beaucoup de gens aient ouvert leurs cœurs au mystère parce qu’ils se sont cassé la tête dans l’une de ces chutes, et c’est ce qui m’est d’ailleurs arrivé. D’ici démarrera la quatrième partie de cette série.

Alberto José Varela

nosoy@albertojosevarela.com

 

 

 

 

 

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page